Amadou Diouldé Diallo, journaliste-historien


La finale du tournoi inter-sous préfectures de football de Télimélé s’est disputée le samedi dernier, 20 avril 2019, avec la victoire de Santou devant Goûgoûdjé, au terrain de proximité de Nongo, dans la commune de Ratoma. Une initiative de la Coordination Internationale pour le Développement de Télimélé (CIDT), à travers sa Cellule Technique.

Cette finale avait une saveur particulière, d’autant plus qu’elle a opposé deux sous-préfectures d’origine de deux icônes de la préfecture de Télimélé : le journaliste-historien, Amadou Diouldé Diallo (Santou) ; et l’artiste à la voix suave, Abdoulaye Breveté Diallo (Goûgoûdjé).

Guineematin.com a fait un portrait croisé de ces deux personnalités célèbres, qui ont su par leur talent, représenté fièrement la préfecture de Télimélé.

Amadou Diouldé Diallo (Santou), né il y a 64 lunes dans le village de Dara

Fils d’un ancien de la coloniale, devenu par la suite garde républicain, le nom d’Amadou Diouldé Diallo est intimement lié à la presse sportive guinéenne et africaine de ces 20 dernières années. Il a vécu pleinement sa passion du terrain vague aux grands stades du monde entier. Alliant une voix mâle et une plume fertile, ce disciple du doyen Pathé Diallo, détenteur d’une licence en Lettres Modernes, a enseigné le Français pendant cinq bonnes années au collège lycée de Boulbinet, avant de prendre définitivement son envol.

D’abord en Guinée, où il détient le record de couverture des rencontres sportives dans toutes les préfectures du pays et même dans certains villages comme ceux du Bagataye à l’occasion des jeux du littoral, sans compter l’animation de la presse universitaire à Poly Kankan et Conakry.

Ensuite, en Afrique où il a visité 47 pays, certains à plusieurs reprises, comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Maroc. De 1992 à nos jours, Amadou Diouldé Diallo a couvert 13 CAN (Coupe d’Afrique des Nations de Football) au compte de la RTG (Radiodiffusion et Télévision Guinéenne), de la Voix de l’Allemagne, ou en étant officier média de la CAF (Confédération Africaine de Football) dont il a longtemps appartenu à la commission presse.

Les CAN juniors, cadets et espoirs, la Ligue Des Champions et la Coupe de la CAF ne sont pas en reste ainsi que les disciplines comme l’Athlétisme, le Basket et le Volley. Il a également couvert les coupes du monde 1990 en Italie, 1994 aux Etats-Unis, 1998 en France, 2006 en Allemagne et 2010 en Afrique du Sud, les JO (jeux Olympiques) de Séoul en 1988 et Londres en 2012.

Amadou Diouldé Diallo détient également le record national de correspondant sportif des grandes radios : RFI, la Deutsche Welle (Voix de l’Allemagne), Africa no1 et la BBC.

Il est le président de l’Association Nationale de la Presse Sportive de Guinée depuis 2004 et vice président de l’AIPS (Association Internationale de la Presse Sportive) Afrique depuis 2013, et a pris part aux différents congrès de la mondiale de la presse sportive.

L’enfant de Santou a été aussi chef service des sports de la RTG Koloma et Boulbinet, attaché de presse au Ministère de la Jeunesse et des Sports, chef du Département Communication et Médias de la FEGUIFOOT.

C’est lui qui est l’initiateur de la création du comité national de soutien aux équipes sportives nationales en 1993, peu avant la qualification du Syli National pour la CAN 1994 en Tunisie au terme d’un match d’appui mémorable contre les hirondelles du Burundi à Libreville, au Gabon. Et, c’est un autre fils de Télimélé, Super Bobo en l’occurrence, (il est de Lopi, dans Brouwal Sounki) qui donnera la première enveloppe de 20 millions de FG au comité. C’est alors que le ministre Dorank Assifat Diasseny fera valider le comité en conseil des ministres et le général Lansana Conté désignera en personne le ministre de la justice, Professeur Salifou Sylla comme président. Elhadj N’Famara Camara et Elhadj Abdoulaye Sylla lui succéderont.

Après les services de la capitale, Amadou Diouldé Diallo promènera la caisse de collecte de fonds dans tout le pays et la situation financière des entrées était faite tous les soirs à la télévision.

C’est la politique du Manden Djallon, volontairement créée et entretenue par le pouvoir d’Alpha Condé pour opposer les fils du Fouta, qui fera découvrir les talents d’historien d’Amadou Diouldé Diallo. Sept mois durant, l’enfant de Santou sillonnera le Fouta, l’Europe et les États Unis pour donner des conférences sur l’Histoire, la Géographie, la Sociologie et la Linguistique de la région, sa relation avec les autres du pays afin de préserver l’unité et la paix entre ses différentes composantes qui vivent ensemble depuis des siècles.

Non content de l’échec de sa politique de Manden Djallon, le pouvoir d’Alpha Condé fera payer à Amadou Diouldé Diallo son audace dans ses prises de positions. Il est renvoyé de la RTG et sans salaire depuis six ans maintenant. Il dit mourir pour ses convictions et s’est d’ailleurs résolument tourné vers l’histoire qui le passionne à tel point qu’il effectue des tournées de recherches à l’intérieur du pays.

Malgré toutes ces injustices et exclusion dont il est victime, il a un moral et un mental forts. Musulman pieux, Amadou Diouldé Diallo suit son destin, en restant très proche des siens car pour lui, ils constituent l’abreuvoir où il faut se ressourcer.

C’est pourquoi, il félicite et encourage les organisateurs de ce tournoi de retrouvailles des fils de Télimélé, lui qui est depuis janvier dernier, conseiller en communication de KPC, le PDG de GUICOPRES et porte-parole du légendaire triple champion d’Afrique, le Hafia Football Club de Conakry.

Enfin, notre frère est un bon guinéen qui parle plusieurs langues du pays, il compte de nombreux amis dans toutes les ethnies et régions du pays et possède un riche carnet d’adresses à l’international. Sa devise : « la culture, c’est du berceau au tombeau ». Tout un symbole.

A suivre, le portrait de ‘’Breveté’, fils de la sous-préfecture de Goûgoûdjé, finaliste du tournoi de football de Télimélé

La rédaction de Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin