Ces derniers jours, la ville de Fria a été le théâtre de violents affrontements entre les forces de l’ordre et les citoyens qui ne veulent plus sentir leur préfet. L’intervention du gouverneur de la région de Boké, le Général de brigade Siba Lohalamou, a permis de ramener le calme dans la cité de l’Alumine. C’est pour dénoncer ces scènes de violence et situer les responsabilités que les ressortissants de Fria à Conakry ont rendu public une déclaration ce vendredi, 17 mai 2019, à la Maison de la Presse, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Après les échauffourées de ces derniers jours, le calme est revenu dans la cité de l’Alumine. Les ressortissants de Fria à Conakry, à travers cette déclaration lue par leur président, Elhadj Moussa Conté, ont dénoncé les violences survenus dans leur ville. Ils ont également pointé un doigt accusateur sur Baba Dramé, directeur de cabinet du gouvernorat de Boké.

Elhadj Moussa Conté

« Les cadres ressortissants de la préfecture de Fria à Conakry, préoccupés par les évènements malheureux survenus à Fria les 13 et 14 mai 2019, tiennent à informer l’opinion nationale sur la gestion regrettable de la crise par le représentant du gouvernorat de Boké qui, contre toute attente, a autorisé l’intervention musclée des forces de l’ordre au moment où un règlement à l’amiable était possible. En effet, le dialogue pour un règlement pacifique de la crise était en cours et les principaux responsables : le maire, les coordinations régionales de la Basse Guinée, Haute Guinée, Guinée Forestière et la Moyenne Guinée, le Sotikèmo, l’imam de la mosquée centrale, les leaders religieux et la délégation des cadres ressortissants venus de Conakry, avaient fortement déconseillé l’intervention des forces de l’ordre, car l’espoir était permis pour une sortie heureuse de la crise. Très malheureusement, le représentant du gouvernorat de Boké, monsieur Baba Dramé, a compris autrement et a fait prévaloir la force, provoquant du coup, une escalade de violence dans la cité que nous déplorons vivement ».

Au plus fort de la crise, des citoyens ont accusé Aboubacar Makhissa Camara, directeur national des Impôts, d’être l’instigateur de la manifestation des femmes contre le préfet, madame Gnalen Condé.

Dans leur déclaration, les ressortissants de Fria vivant à Conakry ont balayé d’un revers de main ces accusations. « Devant cette situation, des personnes malintentionnées se livrent à distiller la confusion et l’amalgame à travers des propos tendancieux, dénués de tout fondement. C’est pourquoi, l’Association des Cadres Ressortissants de Fria à Conakry tient à démentir formellement et catégoriquement tous ceux-là qui, pour des raisons obscures, accusent un de nos ressortissants, en l’occurrence Aboubacar Makhissa Camara, directeur national des impôts, d’être à la base du soulèvement des femmes contre la préfète. Cette accusation, qui tend à ternir notre image, nous indigne car, plus d’une fois l’Association des Cadres Ressortissants de Fria à Conakry avec son fils Aboubacar Makhissa Camara, ont milité pour la consolidation d’un climat de paix à Fria, gage du développement harmonieux et équilibré de notre localité. Des exemples existent et nous nous garderons pour le moment de les énumérer. De toute façon, cette campagne savamment orchestrée ne passera pas, il faut plutôt promouvoir une gouvernance saine et responsable à Fria », a dit Elhadj Moussa Conté.

A travers cette déclaration, les cadres ressortissants de Fria à Conakry ont réitéré leur reconnaissance au professeur Alpha Condé « pour ses grandes actions en faveur de leurs populations ». Ils ont également souhaité que « la gouvernance locale soit effectivement en phase avec la vision du président de la République qui prône entre autres : le respect du contenu local, la transparence dans la gestion, l’écoute et le respect des populations ».

Les fils de Fria à Conakry ont également lancé un appel à leurs frères et sœurs. « Notre chère localité sera ce que nous voudrions qu’elle soit. C’est pourquoi, nous vous invitons à continuer d’œuvrer comme toujours au maintien d’un climat favorable à la prospérité de notre préfecture. Cela signifie qu’il faut éviter la violence sous toutes ses formes et privilégier le dialogue. L’association salue respectueusement l’accompagnement des autorités régionales et gouvernementales pour la recherche d’une solution juste et durable à la présente crise à Fria ».

Propos recueillis par Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin