Le partenariat entre la Guinée et les institutions sous-régionales est au centre des préoccupations de nos gouvernants. C’est dans cette dynamique que le ministre de la Santé a reçu la visite du directeur général de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) ce vendredi, 7 juin 2019. C’est les locaux du département qui ont servi de cadre à cette rencontre entre Dr Edouard Niankoye Lamah et Pr Stanley Okolo, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Cette visite de Pr Stanley Okolo, accompagné de madame Liliane Alapini, représentante de la CEDEAO en Guinée, intervient quatorze mois après sa nomination au poste de directeur général de l’Organisation Ouest-Africaine de la Santé. Pour sa toute première visite en Guinée, Pr Stanley Okolo a saisi cette occasion pour échanger avec les autorités sanitaires sur plusieurs questions d’actualité.

Au cours de la rencontre, Dr Edouard Niankoye Lamah et ses principaux collaborateurs se sont longuement entretenus avec la délégation sur des questions liées notamment à la lutte contre les faux médicaments, le programme de renforcement du système de santé en Guinée ainsi que l’expérience guinéenne en matière de lutte contre les fièvres hémorragiques.

Dans le cadre de la lutte contre les faux médicaments, le ministre guinéen de la Santé a fait savoir à son hôte que malgré les efforts fournis par chaque pays, il y a une nécessité d’intégration des Etats pour une lutte commune. « Pour la lutte contre les faux médicaments, nous avons dit que c’est une volonté politique. Il faut que les Etats de la sous région se mettent ensemble pour parvenir à lutter efficacement contre ce problème, c’est-à-dire mettre ensemble nos moyens et surtout créer une industrie pharmaceutique commune, se mettre ensemble pour avoir des laboratoires de contrôle de qualité », a expliqué Dr Niankoye Lamah.

Selon lui, si ce pari est réussi, il est sûr que les Etats viendront à bout des faux médicaments. « Un seul pays ne peut pas, même s’il a la volonté politique, et cette intégration ne se fera qu’avec l’accord des chefs d’Etats. C’est pourquoi, nous sollicitons auprès de l’OOAS d’organiser cela afin que les chefs d’Etats viennent parapher ce travail technique permettant d’atteindre cet idéal », souhaite-t-il.

De son côté, le directeur général de l’OOAS, Pr Stanley Okolo s’est félicité des efforts fournis par le ministère guinéen de la santé. « C’est ma première visite en Guinée et je suis là pour discuter avec le ministère de la santé sur beaucoup de points où la Guinée a eu du succès. Nous discutons sur les problèmes de la sécurité sanitaire, de la riposte épidémiologique qui nécessite la formation du personnel ».

En outre, Pr Stanley Okolo, s’est réjouit « de la volonté politique du gouvernement dans la lutte contre médicaments de mauvaise qualité ». Il a promis l’accompagnement de son organisation à notre pays, notamment dans le domaine de la formation où les guinéens sont formés soit au Burkina Faso ou bien au Ghana, souvent à des coûts très élevés.

Pour sa part, la représente de la CEDEAO en Guinée, madame Liliane Alapini a rappelé que cette visite du DG de l’OOAS consiste à « faire le point avec le département guinéen de la santé sur les différents projets de la CEDEAO dans le domaine de la santé et voir les apports à mettre en œuvre pour une évolution de ces projets ».

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin