Dans le cadre de la promotion de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, l’agence de communication Zénith a lancé son projet intitulé Semaine Nationale de la Formation. Cette activité, dont c’est la première édition, sponsorisée par Cellcom Guinée, a été lancée ce lundi, 24 juin 2019, à la Bluezone de Kaloum. On notait la présence de plusieurs cadres du ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes et ceux du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon Fodé Touré, coordinateur du projet, la Semaine Nationale de Formation est une initiative qui promeut l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, ouverte à toutes les institutions de d’enseignement supérieur du pays. Elle touchera 500 jeunes diplômés, des aspirants-entrepreneurs et des chercheurs d’emplois.

A en croire les responsables du projet, 500 étudiants sortants de l’année 2019 sont visés par cette formation, pour faciliter leur insertion socioprofessionnelle et de façon spécifique, à doter les participants de connaissances pratiques sollicitées sur le marché d’emploi, à créer des cadres d’échanges entre employeurs et chercheurs d’emplois, favoriser la création d’opportunités pour les jeunes détenteurs de projets et à booster la question de l’employabilité des jeunes guinéens.

Pour Fodé Touré, « nous sommes partis du fait qu’il y a en Guinée des milliers de jeunes qui sortent des universités et qui malheureusement peinent à avoir leur premier emploi. Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas une adéquation entre ce qu’on enseigne dans les institutions et ce qu’on cherche sur le marché d’emploi. Mais, c’est une manière pour nous de faciliter l’insertion socioprofessionnelle des jeunes, leur montrer les méthodes de la recherche d’emploi ».

Le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientique, qui a présidé la cérémonie, a prodigué de nombreux conseils aux jeunes pour qu’ils puissent tirer leur épingle du jeu dans un contexte compliqué. « Il faut que les jeunes changent de mentalité. C’est à partir de là qu’ils vont réaliser beaucoup de choses, notamment la recherche de l’emploi, puisque tout n’est pas donné. Il faut que chacun fournisse un peu d’efforts. Et si on n’a pas d’emploi aussi, on peut en créer. Mais, cela dépend aussi de la persévérance, des bonnes idées, des initiatives et de l’esprit d’équipe. Je voulais profiter de cette occasion pour dire aux jeunes qu’il existe beaucoup d’emplois en Guinée », a déclaré Abdoulaye Yéro Baldé.

Par ailleurs, le ministre est revenu sur ce qui est entrepris par le gouvernement pour une adéquation entre la formation et le marché de l’emploi. « Je vais aussi dire que le rôle de l’État est de faire en sorte que la formation que nous donnons aux jeunes dans les institutions d’enseignement supérieur réponde aux besoins du marché d’emploi. C’est pourquoi, au niveau du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, nous avons commencé à professionnaliser certaines filières de formation telles que le Transport et la Logistique.

Nous l’avons mis en commun avec les entreprises en place, dans le domaine des Banques et Finances, dans le domaine des Technologies à l’Institut Technique de Mamou, l’implication des miniers à l’école des Mines de Boké, pour qu’en fin de parcours, l’étudiant soit mieux outillé et ait des opportunités avec les entreprises, mais aussi qu’il se mette en tête qu’il faut créer sa propre entreprise. Et c’est pour cela, nous allons mettre en place, dans certaines universités, des business-slaves. Nous allons mettre en place une unité d’assemblage de tablettes et des ordinateurs à l’Institut supérieur technique de Mamou », a laissé entendre monsieur Baldé.

De son côté, Ramatoulaye Camara, cheffe de cabinet du ministère de la Jeunesse dira que « la problématique de l’employabilité de la couche juvénile est une préoccupation du gouvernement et de ses partenaires au développement. Ainsi, le ministère de la Jeunesse, en tant que chargé de la politique du gouvernement dans la promotion de l’employabilité des jeunes, soutient indéniablement cette activité qui vise à faire correspondre les qualifications acquises, aux qualifications requises en vue d’un meilleur positionnement de la jeunesse sur le marché de l’emploi. Dans le parcours d’intégration que le ministère de la jeunesse et de l’emploi des jeunes définit dans sa stratégie, nous accordons une importance capitale tant au savoir être civique des citoyens qu’au savoir faire technique et professionnel ».

La société de téléphonie Cellcom Guinée, sponsor du projet, par la voix du chargé des médias et relations publiques, a donné les raisons qui l’ont amené à accompagner cette initiative. Pour Mamadou Baïlo Danso, « Cellcom n’est pas la seule société en Guinée, mais Cellcom est une société qui évolue dans le cadre de la culture et des sports.

Donc, aujourd’hui pour nous, venir participer à activité organisée par Zénith, c’est un plaisir pour nous parce que nous contribuons à la formation de 500 jeunes. La formation se passe dans deux zones différentes: à la Bluezone de Kaloum et à celle de Dixinn. Donc pour nous, c’est un apport à la jeunesse, c’est une contribution. C’est une fierté pour Cellcom d’accompagner les différents projets de la jeunesse, quelque soit leurs formes ».

A noter que les 500 jeunes concernés, 200 aspirants-entrepreneurs et 300 chercheurs d’emplois, seront formés dans les modules suivants : Création et Développement d’une entreprise, Gestion Commerciale et Marketing Digital pour les aspirants-entrepreneurs ; Technique de Recherche d’Emploi, Marketing Digital et Gestion Commerciale pour les chercheurs d’emplois.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel: 622919225 / 666919225

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com