Les 20 membres du conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance de la commune urbaine de Siguiri viennent d’être outillés sur leurs rôles et responsabilités dans la lutte contre l’insécurité et la prévention de la délinquance.

La formation qui a duré trois jours (du 15 au 17 juillet 2019), s’inscrit dans le cadre du projet « Partenaires pour la sécurité en Guinée : la réforme de la police au service du citoyen ». Un projet financé par le département d’Etat américain et mis en œuvre par l’ONG COGINTA, la CECIDE et Partners Global, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Siguiri.

Des représentants des jeunes, des femmes, des syndicats ainsi que les responsables de la sécurité et des chefs de quartiers, tous membres du conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance de Siguiri, ont pris part à cette formation.

Selon Justine Neloumngaye, chargée des programmes à COGINTA, l’objectif est de briser le tabou et impliquer tout le monde dans la lutte contre l’insécurité et la délinquance. « C’est en 2016 que le ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation et le ministère de la sécurité et de la protection civile ont signé un arrêté conjoint pour créer le CLSPD. Donc depuis lors, avec l’introduction de la police de proximité, dans chaque localité qui en bénéficie, les membres sont nommés et coginta vient en appui pour la formation de ces membres, afin de mieux faire leur travail. Donc nous voulons, à la fin de cette formation, que la sécurité ne soit plus être un tabou », a-t-elle indiqué.

Au terme de cette formation, les participants ont exprimé leur satisfaction. Selon

Bakary Diawara, commissaire central de Siguiri, « cette formation nous a renforcés, elle a permis de créer un partenariat entre la sécurité et les citoyens. Siguiri est une zone minière et frontalière, tant que la sécurité n’est pas renforcée, il nous sera très difficile d’atteindre les résultats que nous voulons. Nous espérons maintenant qu’à l’issue de cette formation, la sécurité sera renforcée parce que le tabou qui existait entre la police et les citoyens a été cassé ».

De son côté, Kadé Keïta, la représentante des femmes au sein du CLSPD, a dit avoir beaucoup appris au cours de cette formation. Elle promet de jouer sa partition pour assurer la sécurité dans la ville. « Après ces trois jours de formation, nous avons compris que la police est notre partenaire et non un ennemi des citoyens. En outre, elle nous a permis d’être outillés en matière de prévention de la délinquance. Désormais, nous serons un appui pour les agents de sécurité pour la prévention de la délinquance », s’est engagée cette dame.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin