Deux responsables syndicaux membres de l’USTG dirigée par Abdoulaye Sow ont été condamnés hier, mardi 17 septembre 2019, à Mamou. Reconnus coupables de coups et blessures volontaires, violence et voit de faits, Mamadou Samba Bah et Mamadou Hady Bah ont écopé d’un an d’emprisonnement assorti de sursis et au payement d’une amende de 500 mille francs chacun. L’USTG, centrale dont ils sont membres, parle d’une tentative d’intimidation et dénonce une décision inacceptable, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Au lendemain du procès qui a abouti à la condamnation de leurs camarades, les responsables de l’USTG version Abdoulaye Sow ont tenu une réunion ce mercredi, 18 septembre 2019, à leur siège à Kaloum (Conakry). A l’issue de la rencontre, Abdoulaye Sow, le secrétaire général de la centrale syndicale, a fustigé une situation extrêmement grave et inacceptable.

« D’abord, vous comprendrez vous-mêmes que ce qui s’est passé à Mamou n’est pas normal. Les autorités préfectorales et régionales se mêlent des affaires syndicales, ça c’est extrêmement grave. On envoie des policiers, des gendarmes armés pour attaquer un syndicat, défoncer des portes, battre des syndicalistes et les emprisonner, ça c’est des actes d’un autre âge et c’est inacceptable », a-t-il déclaré.

C’est pourquoi, ajoute monsieur Sow, « nous demandons au gouvernement du Premier ministre Kassory, même au chef de l’Etat qu’une enquête soit diligentée sur ce qui s’est passé à Mamou. Parce qu’ils sont en train de dire qu’on leur a demandé d’agir ainsi. Cela est, pour moi, choquant et inacceptable. Que des gens se mêlent des affaires syndicales et constituent une entrave à la liberté syndicale, ça c’est déjà choquant. En ce qui concerne le jugement, ils ont fait quoi pour être jugés ? Ils n’ont rien fait, c’est juste du folklore, ils n’ont rien fait », estime le leader syndical.

Abdoulaye Sow indique son camp n’acceptera pas cette décision du tribunal de Mamou. « Ce jugement est décevant, les magistrats devraient être hors de ce jeu-là, ils ne doivent pas s’engager dans ce qui est orchestré et dans ce qui est faux. Ce n’est pas normal. Donc le verdict qui est rendu est inacceptable, ça ne nous laisse ni chaud, ni froid. Notre avocat maître Béa a esté justice, on va voir ce que ça va donner. Mais, c’est simplement de l’intimidation et on ne va pas l’accepter », prévient le syndicaliste.

Le secrétaire général de l’USTG souligne aussi que parallèlement à l’appel que leur avocat a interjeté, ils sont en train d’analyser la situation pour voir quelles sont les dispositions urgentes à prendre. « D’ailleurs, on a menacé la fois dernière de faire des grèves. S’ils ne font pas attention, nous allons tout fermer et ils vont comprendre la nécessité de ne pas s’immiscer dans les affaires syndicales », prévient Abdoulaye Sow.

Fatoumata Djouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin