Le PADES droit dans ses botte: « lorsqu’on opprime le peuple, le peuple réagit »

Les formations politiques membres du Front National pour la défense de la Constitution (FNDC) se félicitent de la forte mobilisation d’il y a 48 heures organisée à Conakry et à l’intérieur du pays pour contrer le 3ème mandat. A l’occasion de son assemblée générale de ce samedi, 26 octobre 2019, le Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES) a justifié les raisons de telles manifestations qui visent à enraciner la démocratie dans notre pays, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

L’actualité sociopolitique de la Guinée a polarisé les débats ce samedi au PADES. La séance a été présidée par Dr Aboubacar Demba Diaby, coordinateur chargé de l’organisation du parti.

Mohamed Kaba, Coordinateur National du PADES

Dans sa prise de parole devant les nombreux militants, Mohamed Kaba, Coordinateur National du PADES est revenu sur la marche du FNDC, tenue il y a 48 heures. « Il ne s’agit pas de marcher pour marcher. C’est extrêmement important et, cela ramène à la mission du FNDC. Cette mission, c’est de faire en sorte que la démocratie puisse vivre dans notre pays. C’est de faire en sorte que les principes et les institutions de la République soient respectés. C’est de faire en sorte que notre loi suprême, qui est la constitution, qui a été acceptée par le peuple de Guinée, que cette constitution-là soit sauvegardée, qu’elle ne soit pas tripatouillée au profit d’intérêts personnels. Voilà l’objectif. Toutes les entités, toutes les forces vives sont sorties pour dire NON ! Nous voulons désormais qu’en Guinée, qu’il y ait un processus électoral ; qu’en Guinée, qu’il y ait la démocratie ; qu’en Guinée, qu’il y ait l’alternance, qui est le soubassement de la démocratie ».

Poursuivant son intervention, Mohamed KABA s’en est pris à l’appareil judiciaire, prompt à sanctionner un seul camp. Toute chose qui ne va point décourager le FNDC, soutient-il. « Dans cette démarche, vous avez vu la réaction que lorsqu’on opprime le peuple, le peuple réagit. La marche du 24 Octobre avait pour objectif de rappeler deux choses au pouvoir : premièrement, c’est de libérer sans condition toutes ces personnes injustement arrêtées et ce n’est pas seulement à Conakry, c’est aussi à l’intérieur du pays. C’est de les libérer immédiatement. Parce que ces personnes-là n’ont commis aucune infraction… Nous avons su qu’en Guinée, la justice pouvait être expéditive, la justice pouvait être rapide. Deuxièmement, c’est de dire au président Alpha Condé qui, il faut le dire, quand il était dans l’opposition, dans cette lutte, il a toujours dit qu’il respecterait la constitution, qu’il n’allait jamais tripatouiller la constitution. C’est de lui rappeler cela. C’est de lui dire, qu’il gagnerait à stabiliser le pays, qu’il gagnerait à respecter les principes qui ont fait que le peuple a eu confiance en lui et l’a porté au pouvoir. C’est de lui dire simplement que cette constitution, qu’il ne la touche pas », a-t-il martelé.

Dr Aboubacar Demba Diaby, Coordinateur chargé de l’organisation du PADES

Pour sa part, Dr Aboubacar Demba Diaby, Coordinateur chargé de l’organisation du PADES, a invité la fédération à ne pas signer des accords avec un gouvernement dont le mandat est entrain de finir. « C’est pour m’adresser au gouvernement de Vladimir Poutine en Russie, sur la rencontre entre la Russie et les pays africains qui vient de s’achever. Pour le cas de la Guinée, nous voulons dire au président Russe et à son gouvernement, que le mandat du président Alpha Condé s’achève en 2020 et qu’aucun partenariat possible ne doit être engagé avec un gouvernement sortant. S’il doit y avoir des accords, nous demandons au président Vladimir Poutine et à son gouvernement, de se pencher vers son nouveau président qui serait installé en 2020 », a-t-il lancé.

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tél.: 00224 622 07 93 59

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS