Les partisans du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) de Kindia ont marché sur une petite distance ce jeudi, 14 novembre 2019. Elle la conséquence du refus des autorités locales de donner leur accord pour cette manifestation. Les meneurs du mouvement avaient déjà été arrêtés par les forces de l’ordre. Une situation dénoncée par Abdoulaye Bah, conseiller juridique du FNDC, rapporte l’un des correspondants de Guineematin.com basé dans la préfecture.

L’interdiction de la marche du FNDC de ce jeudi à Kindia s’est soldée par l’arrestation de certains leaders du mouvement. Mais, les autres membres du FNDC ont fait le forcing pour organiser leur manifestation contre le 3ème mandat. Les manifestants ont marché du carrefour BICIGUI en passant par le grand marché jusqu’au Libraport par deux fois où les discours ont été prononcés au niveau du marché Sans Loiyah.

Le responsable juridique du FNDC de Kindia, Abdoulaye Bah, en a profité pour remercier les participants tout en les encourageant à continuer la lutte. « On est fier de vous. Je n’ai pas peur même si on m’enferme. Je vous remercie, je remercie les medias. C’est une lutte que nous menons pour la démocratie. N’ayez pas peur, même si on nous enferme, on va être libéré. Mandela avait fait 8 ans de prison. Mais, il a été libéré et il est devenu président. Donc, il faut qu’on lutte. Le droit est violé, on ne va pas rester bras croisés. La jeunesse, merci. Les sages, les vieux et les femmes, je vous remercie. Amoulanfé, ça ne marchera pas. Le combat continue », a dit Abdoulaye Bah.

Poursuivant, le responsable juridique du FNDC Kindia est revenu sur les raisons de la marche de ce jeudi. « Nous marchons pour deux raisons : libérez Sanoh, Koundouno, Ibrahima Diallo, Bill de Sam, Elie Kamano et tous les autres qui ont été injustement arrêtés dans le cadre de l’action citoyenne.

Deuxièmement : luttez contre le troisième mandat illégal. Voila les deux objectifs principaux qui nous font sortir aujourd’hui en tant que citoyens responsables et déterminés pour que le pays devienne normal. On nous a informés qu’on a arrêté le coordinateur régional du FNDC, Monsieur Alsény Farinta Camara et 4 autres militants. Nous déclarons ici que cette arrestation est arbitraire, injuste et contraire aux lois de la Guinée et aux conventions internationales. Voici des citoyens qui luttent de façons libre, pacifique pour réclamer que notre constitution soit respectée. Les avocats sont informés de Conakry », a-t-il fait savoir.

Voici la liste des membres du FNDC mis aux arrêts ce jeudi par les forces de l’ordre : Alsény Farinta, Camara, Amadou Seydi Ly, Thierno Alpha Oumar Barry, Boubacar Diallo et Moussa Sanoh.

De Kindia, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin