Oyé Guilavogui, ministre de l’Environnement

Les cadres des départements ministériels continuent à défiler devant les commissions de travail de l’Assemblée nationale pour défendre leurs projets de budget pour l’exercice 2020.

Ce lundi, 25 novembre 2019, la commission Environnement, développement rural et durable a reçu les délégations du ministère de l’environnement, des eaux et forêts et celui des pêches, de l’aquaculture et de l’économie maritime, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

La délégation du ministère en charge de l’environnement était conduite par le chef de cabinet du département, Hawa Moussa Keïta. Le président de la commission, l’honorable Sékou Benna Camara, ses collègues députés et les assistants, ont écouté l’exposé qui a porté sur l’exécution du budget du département en 2019 et les projections pour 2020.

Dotée initialement d’une enveloppe de 112 milliards 769 millions 755 mille 399 francs guinéens, le département a dépensé à date un montant de 129 milliards 814 millions 257 mille 452 GNF, soit un taux d’exécution de 115 %.

Les dépenses du personnel, seules, ont englouti 82 milliards 460 millions 933 mille 899 francs, soit 132% du montant initialement prévu pour cela (62 091 388 752 GNF).

En 2020, ce département a bénéficié d’une enveloppe prévisionnelle de 205 milliards 919 millions 130 mille francs guinéens, soit une augmentation de plus de 95 milliards par rapport à 2019.

Au moins 129 milliards de l’enveloppe seront consacrés aux salaires ; les biens et services prendront près de 45 milliards ; les dépenses de transfert sont prévues à hauteur de 16 milliards ; environ 16 milliards sont également prévus pour les investissements.

Pour autant et malgré cette augmentation, une préoccupation de 12 milliards demeure chez les responsables de ce département. Il s’agit de la dotation en habillement et en denrées alimentaires des 2 779 agents conservateurs de la nature. Cadres du département et députés continuent de croire à l’indulgence du département du budget pour accorder cette rallonge en faveur des conservateurs de la nature.

Après l’exposé des cadres du département, les députés ont soulevé quelques questions. Des questions liées notamment à la restauration des têtes de sources d’eau et des berges des cours d’eau, la gestion et la protection des parcs nationaux et des aires protégées d’espèces rares, le reboisement, la conservation de la biodiversité notamment dans les zones minières ou encore l’application de la convention de Stockholm sur l’élimination des polluants organiques persistants, l’élimination des PVC et la participation de la Guinée à la COP 25, prévue en Espagne le mois prochain.

Selon les prévisions du département de l’Environnement, la campagne de reboisement financée en 2019 par l’initiative présidentielle, sera financée en 2020 sur fonds propres du ministère, à hauteur de 15 milliards de francs.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin