Justice : reprise des audiences criminelles à Coyah

Suspendues depuis plus d’une année pour cause de Covid-19, les audiences criminelles ont repris ce lundi, 5 juillet 2021, au tribunal de première instance de Coyah. Une cérémonie solennelle a été organisée à cet effet, en présence de plusieurs acteurs de la famille judiciaire, a constaté un journaliste de Guineematin.com qui était sur place. A cette occasion, le procureur de la République près le TPI de Coyah a démenti l’information relayée par certains médias, annonçant que les audiences criminelles n’avaient pas eu lieu depuis 30 ans dans cette préfecture.

Lansana Kadialy Touré procureur de Coyah

« Je m’inscris en faux contre des telles allégations qui est une contre vérité notoire. Il est à rappeler que quand la justice de paix de Coyah a été érigée en tribunal de première instance en 2019, mon prédécesseur a pu organiser plusieurs audiences criminelles à l’occasion desquelles certains médias étaient présents pour la couverture. Au départ de nos prédécesseurs, nous, la nouvelle équipe, nous sommes inscrits dans la même dynamique, mais nous avons aussitôt été freinés par un cas de force majeure.

Notamment la présence de la pandémie Covid19, qui a amené le ministère de la justice à suspendre toutes les audiences sur toute l’étendue du territoire et à délocaliser la prison civile de Coyah, ce qui a causé l’éloignement de nos détenus. Aujourd’hui, avec l’assistante du ministre d’État chargé de la justice et des ONG, le jugement de certaines affaires criminelles peut se poursuivre sans problème. Sur ce, nous sommes fermement engagés pour l’évacuation de ces dossiers d’ici les vacances judiciaires », a indiqué le procureur.

maître Dinah Sampil, représentant du barreau de Guinée

De son côté, le représentant du Barreau de Guinée à cette cérémonie a exhorté le tribunal à appliquer entièrement la loi, mais seulement la loi, pour qu’à l’issue de ces assises « ne sortent pas de cette salle des coupables qui, par d’autres moyens, auraient pu s’échapper aux affres de la loi. Mais aussi, qu’aucun innocent ne puisse être condamné. C’est pour dire autant que les débats qui vont suivre seront les plus objectifs possibles.

Le barreau vous donne l’assurance qu’il va vous apporter son soutien nécessaire pour qu’aucun aspect des dossiers ne reste dans l’ombre et que ni la passion, ni la colère, encore moins autre aspect subjectif, ne puissent guider les pas de ce tribunal dans la prise de vos décisions », a dit Me Dinah Sampil. 

Juste après cette cérémonie de réouverture des audiences criminelles, le tribunal a ouvert le procès de trois jeunes, poursuivis pour des faits de « vol à main armée, détention illégale d’armes, association de malfaiteurs et assassinat ». A suivre !

De Coyah, Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 620589527/664413227

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS