image d’archive

Dans la soirée d’hier, samedi 07 août 2021, trois filles qui sortaient se récréer ont été victimes d’agression dans la commune urbaine de Labé. Les démoiselles qui quittaient leur le secteur Domby (quartier Daka1) pour se rendre à la rivière de Thialakoun (aménagée pour se récréer) ont été agressées par des jeunes qui leur ont barré la route. Elles ont été violentées et l’une d’entre elle a été blessée à l’aide d’une arme blanche que détenaient leurs agresseurs qui leur ont finalement retiré tous leurs biens. Mais, peur après cette agression, les malfaiteurs ont été arrêtés par des agents de la garde communale de Labé, a appris un correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

C’est aux alentours de 18 heures que les trois filles ont entrepris de se rendre à Thialakoun pour se recréer. En cours de route, elles ont été surprise par l’apparition de deux jeunes qui les ont menacées avant de les dépouiller de tous leurs biens. 

« On se rendaient à Thialakoun pour nous recréer comme c’est le week-end. C’est en cours de route que nous avons été attaquées par deux jeunes. Ils nous ont menacées à l’aide d’un couteau et nous ont sommées de leur donner nos téléphones en nous menaçant de mort. On a discuté chaudement puisqu’on ne voulait pas qu’on nous dépouille de nos biens. Mais, comme ils étaient plus forts que nous et ils étaient armés tous de couteau, ils ont réussi à nous retirer nos trois téléphones (un de marque Samsung et deux Tecno) plus une somme de 40 000 francs guinéens. C’est dans cette bagarre que l’un d’entre eux m’a  blessée au niveau de m’a main. Parce que j’ai résisté. Sinon, il voulait me poignarder… », a notamment Fatoumata Binta Diallo. 

Trouvée à l’hôpital régional de Labé, cette victime a précisé que c’est leur cri au secours qui a fait fuir leurs agresseurs.

Aussitôt informée, la garde communale s’est déployée sur les lieux. Ce qui a permis aux agents du commandant Ousmane Bah de mettre main sur les deux jeunes mécaniciens qui méditent désormais sur leur sort au commissariat central de police de Labé. 

Ousmane Bah, commandant de la garde communale de Labé

« Les trois filles étaient en promenade vers Thialakoun. C’est là-bas qu’elles ont été attaquées et leur leurs téléphones leur ont été retirés. Heureusement qu’elles ont eu le courage de crier pour chercher de l’aide. Et, finalement, c’est un vieux qui était de passage qui est venu les soutenir. Mais, comme les présumés auteurs avaient fui, ils nous ont directement contactés ; et, nous avons dépêché une équipe sur les lieux. Après quelques enquêtes, nous avons pu mettre main sur deux jeunes que les filles ont reconnus être leurs agresseurs. Il s’agit de deux jeunes, âgés de 17 et de 18 ans, tous mécaniciens et résidant au quartier Madina, dans la commune urbaine de Labé. Ils ont été transférés au commissariat central de police de Labé pour des fins d’enquête », a précisé Ousmane Bah, le commandant de la garde communale de Labé.

A rappeler que l’insécurité est devenue récurrente ces derniers temps à  Labé. Après l’assassinat d’un taximotard dans la nuit du jeudi à vendredi dans la sous-préfecture de Tountouroun par des inconnus qui courent toujours dans la nature, c’est un jeune d’une vingtaine d’années qui a tué sa mère dans le quartier Lombonna, à l’aide d’un fusil dans la même nuit.

Labé, Alpha boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin