Pendant que la phase pratique des examens de sortie est en cours dans les institutions d’enseignement technique et professionnel du pays, c’est le moment choisi par les élèves-maîtres de l’ENI (Ecole Normale d’Instituteurs) de Faranah pour se faire entendre. Plusieurs d’entre eux ont manifesté hier, lundi 12 juillet 2021, pour réclamer le paiement de leur bourse d’entretien, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

C’est au retour de leurs lieux de stage que ces futurs instituteurs ont exprimé leur mécontentement. Ils ont érigé des barricades sur la route nationale Faranah-Mamou, empêchant la circulation pendant un moment. Les manifestants exigent le paiement de leur bourse d’entretien avant le début de la phase pratique des examens de sortie. 

« On a commencé les cours avant ceux de l’université et ceux-là ont déjà reçu la première et la deuxième tranches de leur bourse d’entretien, tandis que nous, nous n’avons reçu qu’une seule tranche. Maintenant, nous réclamons le paiement des trois tranches à la fois avant que nous ne commencions l’examen théorique. Donc nous leur disons de nous aider à avoir nos pécules avant la fin de l’examen pratique. Ce n’est pas la deuxième tranche seulement, mais ce sont les trois tranches que nous voulons à la fois. Nous savons tous que la formation est plus importante, mais cet argent compte aussi pour nous, parce que c’est un moyen de satisfaire certains de nos besoins », explique Abdoulaye Sylla, élève-maître à l’ENI de Faranah.

Aboubacar Sylla, un autre manifestant, souligne que cette bourse d’entretien est très importante pour les élèves-maîtres. « On n’a pas de parents ici, on est obligé donc de payer le loyer à la fin de chaque mois. Si on ne le fait pas, les propriétaires vont nous chasser de leurs maisons. En plus, il y a certains qui habitent loin, ils payent 5000 francs pour venir à l’école et 5000 francs pour rentrer. Et si tu n’as pas d’argent, comment vas-tu faire ? Il y en a même qui mangent une seule fois dans la journée. Donc aujourd’hui, on est sorti pour réclamer nos pécules », a-t-il indiqué.

Grâce à l’implication de la direction de l’ENI de Faranah et des autorités locales, la situation a été maîtrisée. Mais les élèves-maîtres promettent de redescendre dans la rue si leur revendication n’est pas satisfaite.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com 

Tel : 00224620241513/660272707

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin