Après sa sortie de prison, Badra Koné au siège de l’UFR

Deux jours après sa remise en liberté, Badra Koné, responsable de la jeunesse de l’UFR et l’un des leaders du FNDC qui étaient détenus à Conakry, a pris part à l’assemblée générale hebdomadaire de sa formation politique de ce samedi, 30 novembre 2019. Le deuxième vice maire de Matam a pris la parole à cette occasion pour remercier tous ceux qui les ont soutenus pendant qu’ils étaient en prison. Il a remercié également ceux qui les ont emprisonnés qui, selon lui, les ont rendus service.

« Nous disons merci aux Guinéens, merci aux personnes qui nous ont soutenus et on remercie aussi les personnes qui nous ont emmenés en prison. La tolérance est la clé de la paix. Nous, nous acceptons ce qu’ils ont fait, ce n’est pas un problème. Ils ont agi ainsi pour nous intimider, pour qu’on ait peur, mais n’aura pas peur… Même si on avait tous vendu les concessions de nos parents, on n’aurait pas le prix de la publicité qu’ils nous ont faite », a indiqué l’opposant.

Badra Koné a rappelé qu’ils n’étaient pas des prisonniers, mais des personnes kidnappées et séquestrées dans le seul but de les intimider et les amener à renoncer au combat contre un troisième mandat en Guinée. Mais, il prévient que c’est peine perdue et annonce même un nouveau surnom qu’il s’est donné pour montrer sa détermination à poursuivre ce combat porté par le Front National pour la Défense de la Constitution. « Mon nom à l’état civil c’est Badra Koné. Mais à partir d’aujourd’hui, je vous demande d’ajouter un autre nom là-dessus. Ce nom, c’est « Peur zéro ».

Rien ne peut m’effrayer si ce n’est pas Dieu. On est en train de défendre ce sur quoi Alpha Condé a juré, donc c’est nous qui avons raison. Si nous n’avons pas raison, on le saura à la fin. Vous savez que dans un film, la fin est toujours la plus intéressante que tout le reste. Donc, tout le monde verra la fin de cette situation. Mais d’ores et déjà, nous disons qu’on le veuille ou pas, le troisième mandat ne marchera pas. Qu’on le veuille ou non, l’intimidation ne marchera pas. Qu’on le veuille ou non, le président Alpha Condé va plier bagages en 2020 », a laissé entendre ce responsable du parti de Sidya Touré.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin