A la date du 7 avril 2019, la Guinée a enregistré au moins 523 cas de rougeole. Pour faire face à cette situation, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS), en collaboration avec ses partenaires, va lancer dans deux jours à Farmoriah, dans la préfecture de Forécariah, le plan de contrôle accéléré des flambées de rougeole. L’annonce a été faite ce mercredi 10 avril 2019, par le directeur général de l’ANSS à l’occasion d’une conférence de presse organisée à son siège à Kaloum, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Baldé Mamadou Oury

La Guinée, à l’instar de certains pays africains, connait une épidémie de rougeole. Selon Baldé Mamadou Oury, responsable Urgences de l’OMS en Guinée, « la situation de la rougeole est préoccupante sur le plan mondial, car les épidémies de la rougeole sont devenues fréquentes et récurrentes dans toutes les régions du monde avec des taux d’incidence variable d’une région à une autre. Citons quelques faits observés depuis 2017 : 19, 9 millions d’enfants non vaccinés en 2017 dans le monde, 4 des 6 régions OMS ont connu des épidémies de rougeole, plusieurs pays et une région ont perdu le statut d’élimination de la rougeole, 2 des 6 régions OMS ont connu des épidémies de diphtérie ».

Par ailleurs, monsieur Baldé a fait savoir qu’en 2018, « la rougeole est devenue de nouveau endémique dans toutes les régions du monde. (…) Nous pouvons citer les pays qui ont connu des flambées de rougeole en 2017 et 2018. Il s’agit entre autres de l’Ukraine, qui a enregistré 3338 cas ; Les Philippines qui ont enregistré 13192 cas ; le Brésil qui a enregistré 1162 cas ; le Yémen, 6641 cas ; le Venezuela, 4976 ; la Serbie, 4355 ; le Madagascar, 4307 ; le Soudan, 3496 cas ; la Thaïlande, 2758 cas ; la France, 2269. Pour la région africaine de l’OMS, depuis le début de l’année 2019, les pays suivant ont rapporté des centaines de cas de rougeole. A la date du 7 avril 2019, les pays suivant ont rapporté des cas : le Tchad, 437 cas ; la République Centrafricaine, 151 cas ; la RDC, 29 820 cas ; l’Ethiopie, 136 cas ; la Guinée, 523 cas ».

Dr Djenou Somparé

De son côté, Dr Djenou Somparé, chef section immunisation au Programme Elargi de Vaccination (PEV), a salué la mise en place de ce plan de contrôle accéléré des flambées de rougeole dans notre pays. « La situation de cette épidémie est préoccupante avec une baisse de la couverture vaccinale et une forte augmentation d’enfants sans vaccins. Ce qui cause la survenue de ces flambées. Par rapport aux enquêtes mixtes, il faut noter que de 2012 à 2018, le pays n’a pas franchi la barre de 23% de couverture, la faible couverture par rapport aux enquêtes comparées aux autres pays, ce qui veut dire que beaucoup d’enfants ne sont pas vaccinés. C’est ce qui explique cette épidémie », a expliqué le responsable du PEV.

Dr Sakoba Keïta

Pour sa part, Dr Sakoba Keïta, directeur général de l’ANSS, a dit son inquiétude face à la flambée de cette épidémie dans notre pays. Selon lui, si autre fois la rougeole survenait en Guinée chaque trois à cinq ans pour les épidémies, ces derniers temps, la rougeole est enregistrée même en saison pluvieuse qui pourtant, n’est pas une période habituelle de survenue de la maladie. « Vous comprendrez donc que ce plan de contrôle accéléré se justifie par les chiffres donnés par l’OMS en ce qui concerne le monde, notre sous-région et même la Guinée. Et, vous venez d’écouter la situation de la stagnation de notre couverture vaccinale dans notre pays… Le premier défi, c’est la méconnaissance du chiffre exact d’enfants que nous détenons dans notre pays ; deuxièmement, il y a aussi l’organisation et l’engagement même de notre communauté vis-à-vis de la vaccination. L’une des questions qu’on se pose : combien de pères de familles maitrisent le carnet de vaccination de son enfant ? Donc, toutes ces préoccupations qui ont été identifiées à partir de l’enquête, nous ont amenées à concevoir ce qu’on a appelé le plan de contrôle de flambées et le plan d’élimination de la rougeole », a dit Dr Sakoba Kéita.

Parlant spécifiquement de ce plan de contrôle qui va nettoyer le terrain avant la mise en place et le lancement du plan d’élimination, le DG de l’ANSS rappelle que « nous avons mis comme objectif d’ici avril 2020, nous devons contrôler les flambées. Donc, il faut qu’on ait zéro flambée en Guinée. Pour y arriver, on s’est dit qu’il faut d’abord connaître le nombre d’enfants de moins de cinq ans. Nous allons faire un recensement de tous les enfants de moins de 5 ans, ménage par ménage. Deuxièmement, nous allons identifier le statut vaccinal de chaque enfant. Les données vont être analysées à l’issue de ça pour programmer la vaccination de rattrapage. Ce qui fait un divorce entre nos campagnes ordinaires et les campagnes de rattrapage que nous allons faire », a-t-il précisé.

A noter que la rougeole est une maladie infectieuse éruptive et fébrile due à un virus de la famille des paramyxoviridae qui touche en général les enfants.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin