Dr Abdoul Karim Diallo, conseiller du ministre chargé de l’enseignement supérieur

Plusieurs jours après la mort de l’étudiant, Amadou Boukariou Baldé, battu à mort par des policiers à l’université de Labé, le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a déployé une mission sur le terrain. Conduite par Dr Abdoul Karim Diallo, conseiller du ministre, chargé de l’enseignement supérieur, la délégation est allée s’enquérir un peu plus sur cette situation. Elle en a profité pour annoncer les dispositions prises par rapport à cette affaire au micro de l’envoyé spécial de Guineematin.com à Labé.

Selon le chef de mission, la mort de cet étudiant touche profondément le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. C’est pourquoi, depuis l’annonce de la nouvelle, le département n’a cessé de se bouger, annonce Dr Abdoul Karim Diallo. « Officiellement, la nouvelle nous a été portée par le recteur qui nous représente sur le terrain.

On a reçu l’information et tout de suite on a pris des dispositions entre autres, le ministre qui était sur le point de voyager a retardé un peu son voyage et nous nous sommes rendus à la maison mortuaire où nous avons conféré avec la famille sur les circonstances de la mort, on a présenté les condoléances et on a discuté avec eux de ce qui pourra être fait ultérieurement.

Les informations qui nous sont parvenues, c’est qu’il y a eu un soulèvement des étudiants suite à des problèmes pédagogiques, quand je dis pédagogiques, ça entoure l’évaluation des étudiants. Donc, il y a eu un soulèvement, il paraît que ça a commencé la veille de la mort du jeune. Et le lendemain maintenant, le jour de sa mort, il y a eu des évènements encore plus sérieux qui ont conduit à sa mort.

Et depuis, des dispositions sont en train d’être prises pour que nous puissions faire lumière sur ça. A Conakry, il y a eu des rencontres, on a échangé beaucoup avec les hommes de terrain ici. Mais, ce n’était pas suffisant. Il fallait envoyer une mission pour nous représenter sur le terrain, venir donc prendre les informations à la source. C’est donc une des raisons de ma présence ici », a expliqué le conseiller du ministre chargé de l’enseignement supérieur.

Parlant toujours des dispositions prises, Dr Abdoul Karim Diallo annonce que parallèlement à la famille de la victime, le ministère en charge de l’enseignement supérieur a demandé un rapport d’autopsie du médecin légiste, Professeur Hassane Bah. En attendant de voir plus clair dans ce dossier, le département a décidé de faire reprendre les cours qui étaient arrêtés à l’université de Labé depuis la mort de cet étudiant.

« En plus de ce que la famille a demandé, le ministère, en tant que gérant de ce monsieur qui est décédé, a demandé de faire une autopsie du médecin légiste. Mais avant que je ne bouge de Conakry, nous n’avions pas obtenu les résultats de l’autopsie. Pour la reprise des cours à Hafia, comme on a discuté avec le corps professoral et l’encadrement, on leur a demandé de prendre toutes les dispositions. Comme vous le voyez, il y a eu des rencontres au niveau des facultés, et des documents ont été faits à l’appui, pour que les cours puissent reprendre », a-t-il dit.

A noter que les cours n’ont repris que très timidement ce lundi, 10 juin 2019 à l’université de Labé. Un groupe d’étudiants a organisé ce matin même une manifestation à Hafia, localité où se trouve l’institution d’enseignement supérieur, pour protester contre la mort de leur collègue, Amadou Boukariou Baldé.

De Labé, Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin