Âgée de 30 ans et mère d’un garçon de 3 ans, Fatoumata Tounkara a été retrouvée morte hier, dimanche 16 juin 2019, au quartier Tanènè Mosquée, dans la commune de Matoto. Mains et pieds ligotés, bouche bandée, c’est dans cet état que son corps, en état de décomposition, a été retrouvé. Le mari de la victime qui est soupçonné être son meurtrier avait pris la fuite, mais il a été retrouvé et mis aux arrêts, a appris Guineematin.com auprès de la famille de la victime.

Selon les informations confiées à notre reporter, cela fait une semaine depuis que Mory Nabé, l’époux de la défunte, a envoyé leur enfant dans la famille de la femme, sous prétexte que son épouse est en voyage. La famille a essayé de rentrer en contact avec la femme mais en vain.

Ciregbè Tounkara, sœur de la victime

« Mon beau-frère a envoyé leur fils à la maison en nous disant que ma sœur a voyagé. Après, j’ai appelé ma sœur, mais son numéro ne passait pas. J’ai appelé alors son mari pour lui demander où est Fatim (la victime), il m’a dit qu’elle est sortie avec ses amis. Je l’ai appelé plusieurs fois en lui disant : Nabé, j’ai tenté le numéro de Fatim, ça ne passe pas, donne-moi son numéro areeba. Il m’a remis le numéro, je l’ai appelé mais ce numéro aussi ne passait pas. J’ai écrit un SMS en lui disant : Fatim viens prendre ton fils, il te réclame, je n’ai pas eu de réponse. Ma maman a appelé Nabé pour lui demander si jusqu’à présent elle n’était pas venue, il a dit j’ai parlé avec Fatim, elle est dans les embouteillages, elle va bientôt elle va rentrer », explique Ciregbè Tounkara, grande sœur de la défunte.

Pendant une semaine, la famille est restée entre inquiétude et interrogation au sujet de la destination de Fatoumata Tounkara. C’est après avoir constaté la longue absence de ses locataires que le propriétaire de la maison où vivaient la victime et son mari a décidé de défoncer leur porte pour voir si leurs affaires sont à l’intérieur.

Après avoir ouvert la maison, il a découvert le corps sans vie de la jeune femme et a informé sa famille. « C’est le dimanche qu’on nous a appelés pour nous dire qu’on a trouvé Fatim morte dans sa chambre et que ses mains, ses deux pieds et sa bouche sont attachés », ajoute la sœur de la défunte.

Ciregbè Tounkara souligne qu’avant cet acte, les choses n’allaient pas bien entre sa sœur et son époux. « Souvent, Fatim appelait ma maman pour lui dire : maman, ça ne va pas entre mon mari et moi, il ne veut pas mon bonheur. Quand je gagne un boulot, il écrit des lettres à mes supérieurs en les insultant pour qu’ils me licencient. Vraiment, ça n’allait pas entre eux. Il semble que lorsqu’il a tué ma sœur, il a tenté de jeter son corps.

Mais, comme il n’a pas eu l’occasion de le faire, il s’est enfui. Ce sont les voisins qui nous l’ont dit. C’est une personne qui a vu ses photos sur les réseaux sociaux qui a appelé ma sœur pour lui dire qu’il a vu le monsieur en question. Il a indiqué l’endroit où il l’a vu et ils sont partis l’attraper pour le conduire au commissariat central de Matoto », a-t-elle annoncé.

Le commissariat central de Matoto qui a ouvert une enquête sur cette affaire aurait déjà entendu le suspect, Mory Nabé.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com
Tél 224623532504

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin