N’zérékoré : il passe un appel téléphonique à l’audience et se fait condamner par le tribunal

Lucien Koulémou, un citoyen de N’zérékoré, âgé d’une cinquantaine d’années, ne pouvait s’imaginer se retrouver banalement dans les mailles de la justice. Venu assister à l’audience d’hier, lundi 1er juillet 2019, monsieur Koulémou s’est retrouvé à la barre, accusé de trouble à l’audience et outrage à magistrat. Il a été reconnu coupable et condamné à deux mois assortis de sursis, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Lucien Koulémou se souviendra longtemps de cette date du 1er juillet 2019. En pleine audience du tribunal de première de N’zérékoré, il émet un appel téléphonique. Ne sachant pas que c’est interdit de parler au téléphone pendant l’audience, monsieur Koulémou passe du temps à communiquer. A la fin de l’appel, il est interpellé par le juge audiencier, Aboubacar Cissé, qui demande à ce qu’on lui retire le téléphone.

Mais, le cinquantenaire va y opposer une farouche résistance, accompagnée de cris. Le président du tribunal va alors demander l’expulsion de Lucien Koulémou de la salle d’audience par les agents de sécurité. Là également, monsieur Koulémou va résister, continuant à crier en pleine audience.

Pour ramener le calme dans la salle, le procureur de la République, Moustapha Mariam Diallo, est descendu de l’estrade. Puis, en sa qualité d’empereur des poursuites, il va demander l’arrestation et le placement sous mandat de dépôt à l’audience de Lucien Koulémou, pour trouble à l’audience et outrage à magistrat. Des faits prévus et punis par les dispositions des articles 413 du Code de Procédure Pénale et 658 du Code Pénal.

Par la suite, un avocat est commis d’office pour défendre monsieur Koulémou, jugé en comparution immédiate. Il est aussitôt appelé à la barre, identifié et entendu au fond pour les faits à lui reprocher. En terme d’éléments de défense, le prévenu a plaidé coupable et s’est confondu en excuses à l’égard du tribunal.

Après la clôture des débats, le représentant du ministère public, dans ses réquisitions, a rappelé la gravité des faits. Cependant, il a mis ce comportement au compte de l’ignorance, en demandant de larges circonstances atténuantes à l’égard du prévenu, vu le caractère primaire du délit commis.

L’avocat de la défense, maitre Pépé Michel Kolié, commis d’office, a plaidé coupable tout en s’appuyant sur la gravité des faits. Mais, il va demander la clémence pour son client tout en rappelant l’importance et la place du magistrat dans la société. Enfin, il a demandé la relaxe de son client ou, au pire des cas, qu’il soit condamné avec sursis.

Dans son délibéré, le juge Aboubacar Cissé va déclarer Lucien Koulémou coupable des faits de trouble à l’audience et outrage à magistrat. Pour la répression, il est condamné à deux (2) mois de prison assortis de sursis.

De N’zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél : (00224) 620166816/666890877

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS