La journée d’hier, vendredi 12 juillet 2019, a été marquée par une série inquiétante de crises dans deux centres d’examen de la commune urbaine de Faranah. En tout, 22 candidates au BEPC sont tombées à la suite de crises dans ces centres, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Mamady Traoré

C’est au centre Salé Laye Samoura que le plus grand nombre de crises est intervenu. Au moins 15 filles en ont été victimes à cet endroit, selon Mamady Traoré, le délégué du centre. « Aujourd’hui, beaucoup de filles sont tombées par suite de crises dans notre centre. Certains nous ont dit que ces filles sont atteintes de maladie de diables. Ces crises ont commencé vers la fin de la première épreuve. Une candidate est tombée dans la salle 4 à 2 minutes de la fin de cette épreuve, on a réussi à la maîtriser. On a appelé ses parents qui sont venus apporter son médicament, on a pu gérer ça. Maintenant, avant le lancement de la deuxième épreuve, 3 autres filles ont fait des crises dans la même salle. Et cela s’est répercuté dans les autres salles, au moins 15 candidates sont tombées », a-t-il expliqué.

Les responsables du centre ont transporté toutes ces filles à la direction. Ils ont contacté les parents de certaines d’entre elles qui ont apporté des médicaments. Mais, il a fallu finalement faire appel à un marabout qui est venu réciter les invocations. Ce qui a permis de réveiller toutes les filles qui sont allées continuer leur examen, à l’exception d’une seule. Cette dernière a dû abandonner pour rentrer à la maison.

Au centre Aviation aussi, 7 candidates ont piqué crise en cette avant dernière journée. Selon le délégué de ce centre, Souleymane Taïré Diallo, toutes ces filles ont pu se relever et continuer leur examen. « Ce matin, quand on a lancé la deuxième épreuve (Biologie), il y a eu des cris au niveau d’une salle. Directement, je suis parti constater que c’est une fille qui a fait une crise. Les élèves voulaient la prendre mais je leur ai dit de la laisser. J’ai appelé un surveillant de cette salle et un surveillant de chacune des deux salles qui sont à côté, puisqu’il y a deux surveillants par salle. On a pris la fille pour l’envoyer au secrétariat. On a un professeur qui enseigne dans une école franco-arabe qui est venu réciter des versets sur elle, et elle s’est levée. Mais, peu de temps après, une autre fille est tombée dans une autre salle. On a fait la même chose. Nous avons enregistré sept (7) cas, et heureusement, Dieu nous a aidé, on a pu gérer tous ces cas. Les sept (7) filles ont continué leur examen », s’est-il réjoui.

Avec ces crises à répétition, les responsables des deux centres concernés ont dû sensibiliser les candidats et les surveillants. Ils les ont exhortés à garder le calme et la sérénité, assurant qu’il s’agit là d’une situation passagère qui n’a rien de grave.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 00224 620 24 15 13 / 660 27 27 07

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin