Quelques semaines après la casse des maisons situées aux abords de la décharge de Dar-Es-Salam, une partie de la zone déguerpie est devenue aujourd’hui une carrière de latérite. Elle est exploitée par la société turque Albayrak. La mairie de Ratoma, commune dont relève la zone, a tenté de s’y opposer mais en vain, a appris un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Selon nos informations, c’est au temps de l’ex maire de Ratoma que l’exploitation de cette partie a commencé. Feu Souleymane Taran Diallo s’y est opposé et a ordonné l’arrêt des travaux. Ce qui fut fait. Mais, quelques jours seulement après son décès, les travaux ont repris dans la zone déguerpie. Le maire par intérim, Issa Soumah, a été saisi de la situation et il demandé à ses collaborateurs d’empêcher ces travaux.

Thierno Sadou Sow, conseiller à la mairie de Ratoma
Thierno Sadou Sow

« Le maire intérimaire, Issa Soumah, m’a appelé pour me dire de continuer le travail, d’empêcher toute activité sur le terrain. Il m’a dit : si vous trouvez des gens sur le site, arrêtez-les et faites les déposer à la gendarmerie. Il a signé un ordre de mission pour nous dans ce sens. Nous sommes allés sur le terrain ce vendredi, 12 juillet 2019. Nous nous sommes déployés donc sur le site. Et aux environs de 23h30, nous avons trouvé une dizaine de camions gros porteurs qui attendaient de charger et transporter la terre. Nous avons fait arrêter Aly Traoré, le coordinateur et Moussa Camara, le conducteur de la machine. Nous les avons déposés à la gendarmerie », explique Thierno Sadou Sow, conseiller à la mairie de Ratoma.

Mais, les deux employés d’Albayrak n’ont passé que très peu de temps à la gendarmerie. Ils ont été aussitôt libérés à la demande de l’ANASP, dit-on. « En quittant le site de Dar es-salam, j’ai échangé avec le maire qui m’a demandé de les libérer. Il m’a dit que l’ANASP (l’agence nationale d’assainissement et de salubrité publique), accusée d’avoir autorisé Albayrak d’exploiter le site, a envoyé un courrier dont j’ignore le contenu », a dit Thierno Sadou Sow, la mort dans l’âme.

Pour l’heure, les travaux d’exploitation de la carrière ont repris de la plus belle manière et l’équipe de M. Sow n’entend pas intervenir sur le terrain d’ici lundi. Le temps de rencontrer le maire et de prendre connaissance du contenu du courrier déposé par l’ANASP.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin