Feu kerfalla Kanté

Comme annoncé précédemment, le célèbre chanteur guinéen, Kerfalla Kanté, s’est éteint la nuit dernière dans une clinique de Conakry. L’artiste, surnommé « L’oiseau de Sankaran », est décédé à l’âge de 60 ans des suites de maladie. Quelques heures après l’annonce de son décès, son domicilie, situé à Coléah Lansébounyi, a été envahi par du beau monde. Parents, amis et connaissances du défunt se sont donné rendez-vous sur les lieux pour présenter leurs condoléances et apporter leur soutien moral à sa famille. Un reporter de Guineematin.com qui était sur place a recueilli les réactions émouvantes des enfants de l’artiste et de quelques-uns de ses proches.

Décryptage !

Kémoko Kanté, fils de feu Kerfalla Kanté
Kémoko Kanté, fils de feu Kerfalla Kanté

Kémo Kanté, fils du défunt : sa maman aussi est à l’hôpital Ignace Deen, elle est malade. Lui (Kerfalla Kanté), il s’inquiétait beaucoup pour sa maman. Hier, vers 15 heures, il m’a appelé pour me dire allons rendre visite à ma maman. Il se préoccupait plus de l’état de santé de sa maman qui lui-même, parce que son souci c’était sa maman. Alors, vers les 20 heures, nous sommes revenus à la maison. Il m’a dit papa, je me sens pas bien. Je lui ai demandé ce qui ne va pas. D’habitude, quand il est malade, il part à l’hôpital et revient. Mais vu son état, j’ai compris qu’il était vraiment malade. J’ai pris son téléphone, j’ai appelé son médecin, celui-ci m’a dit de l’envoyer dans la clinique la plus proche. Nous sommes alors allés à Ambroise Parée vers les 22 heures. Il y est resté jusqu’à 23 heures. Après, ils sont venus nous dire de l’envoyer à Donka. Mais en réalité, mon père était déjà décédé (…) Il était gravement malade, il est parti aux Etats-Unis pour faire des examens et puis, il est revenu pour se traiter en Guinée. Il a préféré venir se traiter au pays que de rester en occident. C’est une triste nouvelle pour la Guinée. La Guinée est en deuil, la culture guinéenne est en deuil. Nous prions Dieu que son âme repose en paix.

M’Ballou Kanté, élève en 12ème année, artiste et unique fille du défunt
M’Ballou Kanté, élève en 12ème année, artiste et unique fille du défunt

M’Ballou Kanté, élève en 12ème année, artiste et unique fille du défunt : je me produisais hier nuit à Dubreka. A à 23 heures, je me suis connectée et j’ai vu des publications disant : « L’oiseau du Sankaran nous a quittés tout de suite ». Mais, mes amies m’ont dit de ne pas croire à ça comme ce sont des publications. Je suis rentrée informer ma maman, elle a appelé à la maison pour vérifier, et on lui a confirmé l’information. Mon père m’aimait trop, il voulait notre réussite, il voulait qu’on ait une belle carrière musicale. Mais, Dieu a décidé ainsi. Je prie Dieu que son âme repose en paix.

Mamoudou Kanté, jeune frère de Kerfalla Kanté
Mamoudou Kanté, jeune frère de Kerfalla Kanté

Mamoudou Kanté, jeune frère de Kerfalla Kanté : j’étais avec mon frère hier matin, nous avons quitté la maison ensemble pour aller voir notre maman à l’hôpital. Il m’a dit qu’il veut aller à l’hôpital parce que lui aussi il était gravement malade. Il est allé à l’hôpital pour faire des visites et prendre les médicaments. C’est la nuit que j’ai été appelé par un de mes frères m’annonçant que la maladie de mon frère s’est aggravée et qu’il a été admis à la clinique Ambroise Parée. Je me suis rendu immédiatement là-bas mais les médecins ont dit que je n’entre pas. Alors, quand mon frère a appris que j’étais là, il a demandé à ce qu’on me laisse entrer. Quand je suis rentré, il était sous assistance respiratoire, il l’a enlevé pour me demander comment allait notre maman. Je lui ai dit qu’elle va mieux à présent. Je lui ai demandé si lui aussi il allait mieux, il m’a répondu par l’affirmative. Je suis sortie pour aller chez moi. 30 minutes après, on m’a appelé pour me dire que mon frère est décédé.

Sékou Latif dit Big-séma, proche de feu Kerfalla Kanté
Sékou Latif dit Big-séma, proche de feu Kerfalla Kanté

Sékou Latif dit Big-séma, proche de la famille : je suis avec cette famille depuis 20 ans. J’ai été informé dans la journée par sa troisième femme, M’Ballia Camara. Elle m’a appelé, elle m’a donné des informations. Je suis allé à la clique Ambroise Parée vers les 22 heures. Arrivé là-bas, le grand frère Kerfalla a demandé à me voir. Je suis rentré, on a parlé. Il m’a dit d’envoyer quelqu’un lui acheter de l’eau. Nous lui avons envoyé de l’eau. Ensuite, il m’a dit d’aller voir Baïdy Arribot (2ème vice-gouverneur de la Banque Centrale) et Antonio Souaré (président de la FEGUIFOOT) pour leur dire de lui sauver la vie. Vous savez, le visa américain qu’il avait était expiré. Je suis allé donc voir Baïdy Aribot la nuit, mais il dormait. Ce matin donc, on m’a appelé pour me dire que le grand frère est décédé. Lorsque je le quittais la nuit, il pleurait, je ne peux pas révéler tout ce qu’il m’a dit, mais je demande aux guinéens de prier pour le repos de son âme.

Baïdy Aribot, deuxième vice-gouverneur de la Banque Centrale
Baïdy Aribot, deuxième vice-gouverneur de la Banque Centrale

Baïdy Aribot, deuxième vice-gouverneur de la Banque Centrale : c’est une perte énorme pour la Guinée et surtout pour la jeunesse culturelle de notre pays. Kerfalla nous a bercés depuis vraiment notre jeunesse avec sa voix mélodieuse qu’on ne va plus jamais entendre. Mais, il faut reconnaitre que l’homme avait hissé très haut le drapeau de la culture guinéenne. Et aujourd’hui, nous assistons à ses funérailles. Très tôt ce matin, quand la famille nous a informés de son décès, le président de la République m’a aussitôt délégué pour venir m’informer auprès de la famille des dispositions pratiques à prendre. C’est ce qu’on est en train de faire. Et je sais que tout à l’heure, la délégation du ministère de la culture et le BGDA (Bureau guinéen des droits d’auteurs), ils vont tous se mettre en branle. Parce que vraiment, c’est un décès qui a surpris tout le monde, c’est arrivé tard. Et j’espère vraiment que Kerfalla aura tous les honneurs qui incombent à sa qualité de grand artiste guinéen pour qu’on le conduise dans les meilleurs délais à sa dernière demeure. Mais encore une fois, Kerfalla était un grand artiste, il était dans le même registre que ses devanciers : Sory Kandja, Youssouf, etc. Tous ces gens-là nous ont donné la fierté d’être guinéens.

A noter que Kerfalla Kanté laisse derrière lui trois (3) veuves et deux enfants : une fille et un garçon (tous de la première épouse, Manty Kouta Camara).

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin