Malgré plusieurs efforts consentis par le gouvernement pour améliorer la desserte en courant électrique, les citoyens de la commune urbaine de Kankan ne notent aucune amélioration dans le service rendu. Interrogés par le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture, nombre d’entre eux exigent une desserte quotidienne et concomitante du courant électrique dans les différents ménages.

Les délestages et autres coupures du courant électrique dans la commune urbaine de Kankan, surtout à cette période de saison pluvieuse, continuent d’intriguer la population. La venue de plusieurs groupes électrogènes de Conakry et d’experts venus pour dépanner les groupes en panne n’a pas réussi à inverser la tendance. Une situation que dénoncent de nombreux habitants de Kankan qui n’en peuvent plus de ce rationnement.

Lancinè Bérété, domicilié au quartier Kabada 1, se dit déçu du problème auquel est confrontée la région de Kankan. « Personnellement, je suis déçu parce que ça fait longtemps que la région de Kankan est confrontée à ce même problème de courant. Et jusque-là, ils ne font que tenir des fausses promesses à la population. Pour que Kankan ait le courant normalement, il faut qu’il y ait un petit barrage hydroélectrique, par exemple faire celui de Kogbèdou. Avec ça, Kankan aura le courant convenablement », pense-t-il.

Selon Mariam Keita, couturière de profession, rencontrée au rond-point Komarala, les citoyens de Kankan méritent le courant parce qu’ils payent plus que n’importe qui les factures d’Electricité de Guinée (EDG). « La meilleure solution, c’est de construire des barrages hydroélectriques. Prenez l’exemple sur Bamako, il n’y a pas de coupure de courant ni de l’eau d’ailleurs. Là-bas, ils payent bien les frais du courant. En Guinée aussi, le courant est bien payé, surtout à Kankan. Ici, les factures sont mieux payées qu’à Conakry, nous sommes tous avec nos compteurs. Celui qui ne paye pas pendant deux mois, ils viendront couper l’intéressé. Alpha Condé doit avoir pitié de nous, Kankan est la deuxième capitale », a-t-elle rappelé.

Poursuivant, Mariam Kéita explique son désespoir sur la suite du vol de carburant survenu à la centrale thermique d’EDG à Kankan, et apporte son soutien aux jeunes dans leur bras de fer avec les responsables de la Guinéenne d’Electricité. « On n’a pas d’espoir parce qu’il y a trop de voleurs là-bas. Quelque soit ce qui sera fait, ils vont voler, c’est leur nature. Celui qui est en prison comme ça pour le vol du carburant, doit rester là-bas pour que les autres prennent exemple sur lui. Et puis, nous sommes tous avec les jeunes qui se battent pour l’amélioration du courant. Mais, s’ils ne respectent pas leur parole, on sortira pour marcher », met en garde la couturière.

En séjour dans la région de Kankan pour les vacances, le jeune Sékhouna Camara exprime lui aussi son ras- le-bol. « Ce qu’EDG fait n’est pas bon, ils refusent de respecter leur parole. Ils avaient promis qu’ils allaient nous donner le courant de 18 heures à 8 heures, mais ils ne font pas ça. Ils ont menti aux jeunes. Actuellement, le courant vient à partir de 18 heures et puis il s’en va à 00 heure. Nos téléphones sont déchargés tous les jours. Depuis qu’ils ont reçu les clefs d’EDG, ils ne font que de la pagaille ».

Les jeunes de Kankan, qui avaient annoncé leur volonté de fermer EDG, ont accepté une trêve pour donner du temps aux experts venus pour faire face au problème. Il reste à savoir s’ils parviendront à relever ce défi.

De Kankan, Abdoulaye N’Koya Sylla pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin