La traque des opposants au changement de l’actuelle constitution et à un troisième mandat pour le président Alpha Condé se poursuit à Macenta. Après l’interpellation jeudi de quatre membres du mouvement Elazologa Atebein (ça ne marchera pas) le porte-parole de la structure a été également mis aux arrêts hier, vendredi 20 septembre 2019. Le coordinateur du mouvement, Mamady Onivogui, a confirmé la nouvelle au micro d’un envoyé spécial de Guineematin.com à Macenta.

Robert Kaliva Guilavogui, porte-parole du mouvement Elazologa Atebein, arrêté à Macenta

« Effectivement, Robert Kaliva Guilavogui, chargé de communication de notre mouvement a été arrêté ce soir et conduit au commissariat central de Macenta. C’est le commandant du BATA du camp militaire de Macenta qui l’aurait appelé pour lui dire d’aller là-bas pour négocier. Moi, je n’étais pas au courant, mais je sais qu’il était très ami au commandant. Et, ce dernier lui a dit qu’il va appeler aussi Samory Camara (jeune frère de l’ancien ministre Louncény Camara, opposé au mouvement Elazologa Atebein) pour qu’ils puissent discuter ensemble et trouver une solution.

Quand il est arrivé au camp, le commandant a effectivement appelé Samory qui est venu. Mais, dès que le commandant a appelé le colonel du camp, celui-ci a donné l’ordre d’arrêter notre ami. C’est ainsi, qu’il a été arrêté et mis à la disposition de la police », a-t-il expliqué.

Depuis leur marche étouffée de jeudi qui visait à dénoncer le projet de nouvelle constitution et « les promesses non tenues du président Alpha Condé », les responsables du mouvement Elazologa Atebein vivent en cachette parce qu’ils seraient recherchés par les services de sécurité. L’interpellation de Robert Kaliva Guilavogui porte à 5 le nombre de personnes arrêtées suite à leur décision d’organiser une marche pacifique dans la ville de Macenta.

De Macenta, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél : +224620166816/666890877

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin