DCE Matam : 117 enseignants renforcent leurs capacités en évaluation des apprentissages

Le Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA) continue ses actions pour améliorer le niveau des enseignants et des élèves à travers le pays. Une manière de faire face au taux élevé d’échec enregistré ces dernières années dans le système éducatif. C’est dans ce cadre que s’est ouvert ce vendredi, 29 novembre 2019, la première journée d’animation pédagogique au compte de la région de Conakry.

A la Direction Communale de l’Education (DCE) de Matam, c’est quelques 117 instituteurs des CM1 et CM2 (5ème et 6ème année) qui sont concernés par cette journée d’échange, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Cette première journée d’animation pédagogique à la DCE de Matam a regroupé de nombreux enseignants. Dans son intervention, Ibrahima 2 Barry, directeur communal de l’éducation de Matam, est revenu sur les caractéristiques de cette activité. « Cette journée d’animation pédagogique consiste à renforcer la capacité des enseignantes et enseignants du CM1 et CM2 de nos écoles primaires publiques en matière d’évaluation des apprentissages. L’organisation de cette journée d’animation pédagogique à l’intention de 720 enseignants des écoles primaires publiques de Conakry est l’une des mesures correctives du faible taux de réussite aux examens nationaux ces deux dernières années et aussi des insuffisances relevées au niveau des enseignants de notre pays à travers les différents rapports d’inspection des DPE, DCE, IRE et l’inspection générale », a expliqué monsieur Barry.

Ibrahima II Barry, Directeur Communal de l’Education de Matam

Par ailleurs, le directeur a rappelé les résultats attendus au terme de cette journée. « Vous devez pouvoir maîtriser le concept d’évaluation, vous approprier des différents types d’évaluations, comprendre les valeurs, les principes et les objets de l’évaluation des apprentissages, identifier les différents outils d’évaluation. Pour atteindre ce résultat, je vous invite à participer activement aux activités de cette formation », a-t-il conseillé.

En outre, Ibrahima 2 Barry n’a pas manqué de rappeler les qualités d’un éducateur pour une bonne marche du système éducatif. « Chers participants et participantes, force est de reconnaître que de nos jours, les valeurs cardinales et les principes de l’évaluation, qui sont entre autres la justice, l’égalité, la transparence, la cohérence et la rigueur, ne sont plus respectés. Il est temps pour chacun en ce qui le concerne de se remettre en question et d’avoir une conscience professionnelle et une bonne probité morale pendant tout le processus d’évaluation des apprentissages afin de mettre fin au passage massif des élèves non méritants en classe supérieure et qui se traduit par le faible niveau des candidats aux différents examens nationaux ».

Ibrahima 2 Barry a lancé un message aux parents d’élèves et aux élèves qui doivent apporter leur contribution pour l’atteinte du succès tant recherché. « Nous demandons aux parents d’élèves de nous aider à former les élèves. Ils ne doivent pas démissionner dans l’éducation des enfants, ils doivent faire un suivi au niveau des élèves, et surtout ils doivent les accompagner dans les écoles. Il ne suffit pas de venir déposer son enfant seulement à l’école et partir. Le plus important est de les suivre chaque fois qu’ils sont à l’école et à la maison. Aux élèves, il faudrait que ces élèves prennent conscience, dire qu’en faite pour bien étudier, il faut apprendre, et qui apprend bien, sera bien évalué. Et cette fois-ci, l’évaluation sera de rigueur. Ne passeront en classe supérieure que des élèves méritants. Il n’y aura plus de passage clandestin, ni massif. C’est seulement des méritants qui seront en classe supérieure », a martelé le directeur communal de l’éducation de Matam.

Pour finir, le DCE de Matam a invité les enseignants à se former pour obtenir de bons résultats. « Aux enseignants, ils doivent se former. La formation est l’élément clé pour un formateur. Un enseignant qui enseigne bien, qui évalue bien et qui apprend bien peut rehausser le niveau de l’enseignement apprentissage. Cela peut nous donner un bon résultat aux différents examens nationaux », a-t-il laissé entendre.

Pour cette journée d’animation pédagogique à la commune de Matam, 4 formateurs sont mis à contribution. Ils sont repartis en deux salles. Dans la première salle, il y a 59 participants, la deuxième salle compte 58 participants. Soit au total 117 enseignants prêts à se donner à fond pour l’atteinte des objectifs.

Foko Millimouno pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS