« La position de l’UFDG par rapport au dialogue politique relève exclusivement de la Direction Nationale du parti et de ses instances compétentes… La Direction Nationale de l’UFDG demande à ses militants de rester mobilisés pour la défense de nos droits et libertés » ! C’est la quintessence de la réponse de Cellou Dalein Diallo et de ses proches à la tribune des trois hauts responsables de l’UFDG qui sont détenus à la plus grande prison de la Guinée depuis 7 mois.

Comme indiqué dans une de nos précédentes dépêches, trois hauts responsables de la principale formation politique de l’opposition (UFDG), arrêtés et détenus depuis la très contestée élection présidentielle du 18 octobre 2020 ont publié une tribune hier, mercredi 02 juin 2021. Elhadj Ibrahima Chérif Bah (Vice-président de l’UFDG et membre du Conseil de ce parti) Ousmane Gaoual Diallo (ancien député uninominal de Gaoual, Directeur de la Communication de l’UFDG et membre du Conseil politique) et Mamadou Cellou Baldé (ancien député uninominal de Labé, Coordinateur des fédérations de l’intérieur et membre du Bureau Exécutif de l’UFDG) se sont défendus des accusations mises à leur charge par le régime Alpha Condé. Mais, le fait nouveau est qu’ils ont appelé au dialogue et marqué leur intention de jouer leur partition à la future décrispation politique.

Au lieu de soutenir cette position des détenus ou tout au moins laisser l’opinion la commenter, la direction nationale de l’UFDG s’est fendue, tard la nuit, une déclaration pour s’opposer à ce qui se ressemble à un « plan de défense » des trois responsables du parti. Cellou Dalein Diallo et ses collaborateurs les moins populaires estiment qu’il n’appartient pas à Chérif Bah, Ousmane Gaoual Diallo et Cellou Baldé d’appeler au dialogue. Une réaction qui pourrait susciter une désapprobation des familles et proches des personnes arrêtées qui souffrent aujourd’hui énormément de l’absence prolongée des leurs et qui cherchent depuis des mois sans succès des pistes de sortie pour les leurs.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, l’intégralité de la déclaration de la direction nationale de l’UFDG :

Une tribune signée de Elhadj Chérif Bah, Vice-Président de l’UFDG, Ousmane Gaoual Diallo, Coordinateur de la Cellule de communication de l’UFDG et Cellou Baldé, Coordinateur des Fédérations UFDG de l’intérieur, a été diffusée dans la presse ce 2 juin 2021. 

Dans cette tribune, les trois responsables de l’UFDG actuellement en détention ont rappelé le caractère pacifique, légal et républicain de leur combat politique et ont mis en évidence leur innocence par rapport aux charges retenues contre eux. Ils ont par la suite estimé qu’une justice impartiale et un Exécutif neutre ne manqueront pas de constater leur innocence et de décider de leur libération. 

Un tel dénouement serait un « premier gage d’ouverture » et contribuerait à leurs yeux à «amorcer le processus d’apaisement par le dialogue et la concertation», conformément aux recommandations des partenaires de la Guinée et des Organisations de défense des droits de l’homme. 

La Direction Nationale du Parti, convaincue de l’innocence de ses cadres, a toujours dénoncé leur détention arbitraire et appelé à leur libération. Si cette libération doit passer par un procès juste et équitable, le Parti ne peut que soutenir l’appel de nos cadres à l’organisation, dans les meilleurs délais, d’un tel procès. En tout état de cause, la position de l’UFDG par rapport au dialogue politique relève exclusivement de la Direction Nationale du parti et de ses instances compétentes. 

La Direction Nationale du Parti réitère sa solidarité à l’endroit de nos collaborateurs et de tous les cadres et militants de l’UFDG, de l’ANAD et du FNDC arbitrairement détenus. La Direction Nationale de l’UFDG demande à ses militants de rester mobilisés pour la défense de nos droits et libertés. 

Conakry, le 02 juin 2020 

La Direction Nationale de l’UFDG

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin