Les cliniques clandestines sont dans le collimateur du ministère de la santé. Le département, par la voix de son directeur des ressources humaines, annonce que toutes les structures sanitaires qui sont installées sans agrément seront fermées. Dr Mamadou Faza Diallo a fait cette annonce au cours d’une conférence de presse par la coalition nationale des professionnels de la santé (Conapros) ce vendredi 27 août 2021, à Conakry, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Ce responsable du ministère de la santé a commencé par présenter la situation qui prévaut sur le terrain. Selon lui, il y a des cliniques privées qui sont agréées et qui évoluent dans les normes, d’autres qui sont agréées et qui ne respectent pas normes et d’autres qui fonctionnent sans agrément.

Dr Mamadou Faza Diallo, Directeur des ressources humaines du ministère de la santé

« Il y en a qui ont pris des agréments avec le ministère de la santé, avec les critères d’accompagnement : identifier le local, voir la spécialité et quelles sont les dimensions de prise en charge. Ça c’est une première étape des cliniques qui sont agréées et qui fonctionnent avec un certain nombre de normes.

Deuxième élément, il y a eu des gens qui ont  cherché à avoir un agrément avec le ministère de l’administration du territoire. Eux, ils signent un partenariat avec le ministère de la santé pour des cas de sensibilisation, de communication auprès de la population. Et ils profitent de ça pour installer des cliniques et finalement ils fonctionnent  par rapport à ça. Le troisième élément, il y en a qui n’ont aucun papier et qui s’installent comme ça », a indiqué Dr Mamadou Faza Diallo.

Le directeur des ressources humaines du ministère de santé reconnaît qu’il y a une véritable anarchie qui règne dans ce secteur. « Il faut reconnaitre qu’il y a une anarchie dans ça. Il y a des gens qui aménagent des chambrettes et ils disent que c’est des cliniques… C’est ici que vous voyez : clinique coréenne, clinique chinoise. Des gens qui s’installent n’importe comment et qui vous donnent 100 comprimés à prendre. C’est des choses comme ça qui existent, mais qui ne sont pas normales », a-t-il déploré, tout en assurant que son département travaille à mettre fin à cette situation.

« Désormais, on va prendre le taureau par les cornes. Quiconque est installé sans agrément sera fermé. Le ministère de la santé est dans cette démarche. On va faire l’assurance qualité tant au niveau du public qu’au niveau du privé. A l’heure où je vous parle, il y a les états généraux de la santé qui sont en cours au niveau des hôpitaux. Il y a un groupe qui s’occupe du secteur public et un autre qui s’occupe du secteur privé. C’est la même chose au niveau des laboratoires et des pharmacies. On va voir comment discipliner ce secteur pour  que les gens respectent les règles », a laissé entendre Dr Mamadou Faza Diallo.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 620589527 

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin