La Cellule Balai Citoyen de Guinée s’implique dans la vulgarisation de la Loi 037 relative à la Cybercriminalité et la protection des données à caractère personnel. C’est dans cette dynamique que cette structure de la société civile organise à Kindia un atelier de renforcement des capacités de représentants de la société civile, des partis politiques et des médias. Cette formation de deux jours, ouverte hier vendredi 5 avril 2019, regroupe 35 participants, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par Elhadj Alpha Sow, conseiller politique du gouvernorat de la ville de Kindia. Selon lui, « cet atelier est vraiment d’actualité. Il revêt, à mon humble avis, une grande importance par la qualité de l’auditoire, des représentants des partis politiques, des medias et de la société civile ».

Pour sa part, Sékou Koundouno, administrateur général de la Cellule Balai Citoyen, est revenu sur les thèmes à débattre. « Vous savez les défis auxquels sont confrontés nos sociétés au 20ème siècle avec l’usage très abusif des Smartphones et de l’internet qui pose de véritables questionnements à nos Etats et à nos sociétés qui ont des valeurs coutumières et traditionnelles.

Cela impose à la fois la connaissance de ses outils, mais leur utilisation et les limites circonscrites par les textes qui gouvernent un peu nos sociétés. Dans cet ordre d’idées, nous avons jugé nécessaire, avec l’accompagnement du partenaire, la fondation OSIWA, d’organiser cet atelier qui regroupe les acteurs de la société civile, des partis politiques venus à la fois de la mouvance et de l’opposition mais aussi des organes des médias afin qu’ils s’approprient de cette loi L037 dans son utilisation et dans l’exercice des libertés mais aussi des limites », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, Sékou Koundouno estime que la connaissance de cette loi peut être d’une grande importance dans l’enracinement de la démocratie en Guinée. « Vous avez remarqué sans doute sur les réseaux sociaux, sur les médias, les dérives verbales, les discours va-t-en guerre, les discours de haine, de violence. C’est parce que les gens ne connaissent pas la loi organique qui encadre la parole publique.

Nous sommes convaincus que les acteurs des médias, les acteurs de la société civile, des partis politiques, que chacun s’appropriera des connaissances qui seront véhiculées ici afin qu’au retour, vous puissiez faire la restitution. Les thématiques qui sont envisagées, c’est la connaissance et l’appropriation de la loi L037, c’est la protection des données à caractère individuel et personnel, c’est aussi les techniques de communication sur les réseaux sociaux et sur les medias ».

Pour sa part, Mamadou Diallo, chargé de programmes à la fondation OSIWA, est revenu sur les raisons de l’accompagnement du Balai Citoyen. « Le Balai Citoyen est un partenaire de longue date. Pour ce qui concerne le cas spécifique de la loi sur la cybercriminalité, vous n’êtes pas sans savoir que récemment, sur les réseaux sociaux notamment sur Facebook, il y a un laisser-aller. Chacun disait ce qu’il voulait.

Il y a eu des messages qui appelaient beaucoup à la confrontation, qui distillaient des messages haineux, des messages à caractère ethnique. C’était beaucoup plus fait par des communicants des partis politiques. Donc, on se dit avec le Balai Citoyen pourquoi ne pas former ces gens, leur faire savoir ce que la loi accepte, disons cette liberté d’expression là ; mais aussi, il ya une loi qui est là qui essaye de cadrer cette liberté d’expression sur les réseaux sociaux.

C’est dans ce cadre qu’on a décidé de justifier ce projet pour essayer vraiment d’apporter le contenu de cette loi là à ces communicants des partis politiques pour qu’ils puissent prendre plus de responsabilité dans les messages qui passent dans les réseaux sociaux », a dit monsieur Diallo.

Souleymane Konaté, un des participants à cet atelier a dit l’importance de prendre part à une telle session. « Nous participons à l’atelier de vulgarisation de la loi sur la Cybercriminalité. Il est aussi important pour la vie de notre nation parce que vous n’êtes pas sans savoir que, depuis certain temps, sur les réseaux sociaux, les messages de haine, appelant à la violence, surtout à l’orée des élections, cela crée des situations méfiance, de tension.

Le Balai Citoyen a jugé utile de réunir l’ensemble des forces vives de la nation pour deux jours d’échanges. Après la formation, une fois dans notre zone, c’est de partager la formation avec tous ceux qui communiquent. Parce que, cela met à l’abri les acteurs que nous sommes », a-t-il dit.

De Kindia, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628516796

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com