La première phase du test de recrutement dans les rangs des forces armées guinéennes a pris fin hier jeudi, 11 avril 2019, dans la région de Faranah. Déjà, ce test a coûté la vie à 9 jeunes candidats. Même si aucun cas de décès n’a été enregistré dans cette préfecture, quatre vingt trois (83) candidats, dont trois (3) filles, ont fini par jeter l’éponge au milieu de la bataille, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Cette première phase de recrutement dans l’armée, lancée le 7 avril dernier au village Baliany, dans la commune urbaine de Faranah, n’aura duré que cinq (5) jours. La course à pieds aura été éprouvante pour de nombreux candidats qui ont fini par abandonner. On a noté pas moins de 80 garçons qui ont jeté l’éponge pour les huit kilomètres à parcourir (en 45 mn). Chez les filles, trois ont également abandonné pour une distance de six kilomètres.

Selon le médecin Aide-Santé et Surveillant des urgences de l’hôpital régional de Faranah, Ibrahima Solo Condé, ces candidats ont tous reçu des soins de santé avant de rentrer dans leurs familles respectives. « Hier mercredi, on a reçu 26 cas, dont 4 ont été réanimé. Mais, on a maîtrisé ces cas. Aujourd’hui, on a eu 20 cas, dont une fille. Un autre candidat était aussi en réanimation. On vient de le libérer maintenant là, il avait une tension de 8,6. Ensuite, il avait l’hypoglycémie. Mais, on a réussi à maitriser le cas. Il est rentré. Au début, on avait reçu que 13 cas », a expliqué le médecin.

A la question de savoir ce qui pourrait être à la base des malaises que les candidats ont subis, Ibrahima Solo Condé répond : « je crois que cela est dû au soleil, surtout les enfants qui font des choses qui ne sont pas compatibles à l’organisme. Parce que, un d’entre eux m’a dit aujourd’hui qu’il a pris du bleu-bleu (du valium) et que ça donne de l’énergie. Il a pris ça alors qu’il n’a pas déjeuné. Ils sont partis pour faire la course de huit kilomètres avec ça. Donc, les jeunes-là nous ont trouvé dans cet état. Mais, Dieu merci, on a pu maîtriser tous les cas qui se sont présentés à nous ».

Oumar Camara

A la fin de cette première phase, Oumar Camara, maire de la commune urbaine de Faranah, s’est réjoui de la manière dont les choses se sont passées. « Mes impressions sont bonnes. A Faranah, on a eu la chance qu’il n’y a pas eu d’incidents, il n’y a pas eu de blessés graves. Les 3634 postulants ont effectué la course sans problème. Il n’y a pas eu de cas de décès chez nous, ni de cas blessés graves, ni de maladies graves. Ça, c’est vraiment réconfortant pour nous. Donc, je prie le bon Dieu que les autres phases aussi se passent dans les meilleures conditions. Peut-être que demain (vendredi), les résultats vont être affichés et dès le samedi les autres épreuves vont continuer ».

Pour finir, le maire de Faranah, rassure que « nous avons opté pour l’égalité des chances de tout le monde. Les instructions données par le ministère, nous allons les respecter dans les règles de l’art. Nous veillerons strictement sur le déroulement du processus ».

Il est à rappeler qu’à Faranah, 3634 candidats étaient en compétition pour 250 places disponibles en présélection.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com
Tel : 00224 620 24 15 13

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin