Mohamed Touré

Comme annoncé précédemment sur Guineematin.com, Mohamed Touré, fils de Sékou Touré (premier président de la Guinée indépendante), et sa femme, Denise Cross Touré, ont été reconnus coupables d’esclavagisme hier lundi, 22 avril 2019, par un tribunal Américain. Ils ont été condamnés à sept (7) ans de prison fédérale et à trois (3) ans de libération conditionnelle.

Au lendemain de l’annonce de cette condamnation, un reporter de Guineematin.com a donné la parole à Oyé Béavogui, secrétaire général par intérim du PDG RDA (Parti Démocratique de Guinée- Rassemblement Démocratique Africain). Le jeune politicien a dit toute sa tristesse devant cette lourde sentence avant de préciser que le combat va continuer jusqu’à la libération du couple Touré, âgé de 58 ans.

Guineematin.com : un tribunal fédéral américain a condamné le couple Touré (Mohamed et Denis Cros) à sept (7) ans de prison et à trois (3) ans de libération conditionnelle. Ils devront aussi verser à leur agent plus de 288 000 dollars en restitution et ils seront expulsés en Guinée après leur libération de prison. Leur maison de Southlake a été saisie. Comment le PDG RDA a accueilli cette nouvelle ?

Oyé Béavogui

Oyé Béavogui : c’est une mauvaise nouvelle qui est pratiquement aussi le fruit de tout un combat. Comme vous le savez, depuis le mois d’avril 2018, ils ont été interpellés, ce qui fait une année depuis qu’ils traversent ces moments difficiles. Il y a cinq (5) chefs d’accusation : on a parlé de travail forcé, d’hébergement illégal, le fameux montant je ne sais pas de trois milliards et quelque, de fausses déclarations, ainsi de suite. Donc, ça a été les chefs d’accusation contre le couple Touré. Et, dans le cadre des confrontations, il faut rappeler qu’il y a eu échec. Parce que la fille a voulu que le couple Touré puisse admettre à l’opinion nationale et internationale qu’ils sont vraiment responsables des accusations dont je viens de faire cas. Mohamed, comme vous le savez, serein, puisque ne se reprochant de rien, a dit avant que la sentence ne soit prononcée que tôt ou tard, la vérité serait révélée. Donc, ils ont dit qu’ils ne peuvent pas admettre ce qu’ils n’ont jamais commis. Donc, c’est au niveau de la confrontation avec la partie adverse que les négociations ont échoué. Donc, finalement, ils sont allés au procès. Donc, quand ils sont allés au procès toujours sur la base des cinq (5) chefs d’accusations, il n’y a eu que deux (2) charges qui ont été retenues contre le couple : le travail forcé et l’hébergement illégal. Donc, sur cinq (5) chefs d’accusation, si on n’a pu retenir que deux, ça veut dire qu’il y a eu beaucoup de racontars sur ledit dossier, mais rien n’en est. Je profite d’ailleurs pour dire que le couple Touré n’a pas été condamné pour un cas d’esclavagisme, l’accusation concernant l’esclavagisme a été depuis très longtemps écarté. La condamnation qui vient d’avoir lieu, c’est sur le travail forcé et de l’hébergement illégal. Donc, le couple a été reconnu coupable pour ces deux charges. Mais, puisque la procédure est longue, il a fallu attendre trois à quatre mois pour qu’il puisse se prononcer sur cette sentence. Mais, on n’a pas lâché. Nous allons nous battre jusqu’à ce que le couple puisse vraiment recouvrir sa liberté. C’est ça notre conviction et c’est ça notre volonté ardente.

Guineematin.com : vous dites que c’est loin d’être terminé. Qu’est-ce que vous comptez concrètement faire pour obtenir la libération du couple ?

Oyé Béavogui : nous allons nous battre sur le plan juridique et continuer d’user de nos relations et faire en sorte qu’au niveau de l’appel, nous puissions obtenir sa liberté. Parce que jusqu’à présent, nous, nous considérons le camarde Touré et son épouse comme des innocents. Ça a été une pièce montée. Mais, que Dieu nous donne tous longue vie, tôt ou tard, la vérité va être révélée sur cette affaire. Donc, quand je dis c’est loin d’être terminé, c’est sur ce point. Déjà, ceux qui parlaient de 20 ans, de 30 ans, c’est l’avenir qui donne raison aujourd’hui. C’est pour vous dire que le couple est tout à fait innocent. Et puisque ça obéi à une procédure, nous suivons la procédure. Nous nous battons surtout au niveau de l’appel pour pouvoir mieux renforcer la défense et nous verrons aussi ce que ça va donner. Mais, comme je le disais tantôt, c’est déjà pour nous un sentiment lié à notre bravoure, lié au courage que nous avons pu tenir durant tout ce processus-là.

Guineematin.com : vous dites que vous comptez également sur vos soutiens. A qui faites-vous allusion ?

Oyé béavogui : nous, quand nous disons que nous comptons sur nos soutiens, le PDG ou le camarade Mohamed Touré, nous avons beaucoup d’alliés, en Guinée, en Afrique et ailleurs. Nous avons des gens amis à la famille, amis au parti qui nous accompagnent. Je préfère taire les noms. Mais, comme vous pouvez le constatez, si déjà de 30 ans, on se retrouve à 7 ans d’emprisonnement, ça prouve à suffisance que le combat que nous menons pour la libération du couple Touré a produit des effets et est en train de produire des effets.

Guineematin.com : on sait quand-même que le PDG-RDA est allié au RPG arc-en-ciel, le parti au pouvoir. Est-ce que vous comptez aujourd’hui sur le pouvoir de Conakry pour obtenir la libération du couple Touré ?

Oyé Béavogui : je crois qu’on a tous suivi la déclaration du Chef de l’Etat après la fête du 2 octobre 2018, l’initiative que le gouvernement a prise par rapport au dossier. Nous attendons de voir effectivement ce que ça va produire. Nous attendons les effets de la déclaration que le Chef de l’Etat a tenue lors cette fête anniversaire de l’indépendance.

Guineematin.com : concrètement, est-ce que vous comptez sur le soutien du gouvernement guinéen pour faire libérer le couple Touré ?

Oyé Béavogui : concrètement, au jour d’aujourd’hui, le parti a fait des lettres à l’endroit du président de la République et du gouvernement. Il n’y a pas eu de réponse. Nous avons interpelé le Chef de l’Etat en attirant son attention. D’abord sur l’interpellation, ensuite sur les charges qui ont été retenues. Mais, malgré qu’il n’y ait pas eu de réponse, nous ne baissons pas les bras. Nous n’allons pas rester et attendre l’aide du gouvernement. Peut-être qu’il se bat de sa façon ou dans la clandestinité, mais nous allons interjeter appel et nous allons voir ce que ça va donner.

Guineematin.com : est-ce que les responsables du PDG-RDA ont pu entrer en contact avec le couple Touré après que le tribunal ait rendu sa décision ?

Oyé Béavogui : jusque-là, nous n’avons pas eu de communication avec le couple Touré. Mais, nous sommes rentrés en contact avec leurs avocats et quelques proches. Comme vous pouvez l’imaginer, le camarde Touré est serein.

Guineematin.com : quel est le dernier mot ?

Oyé Béavogui : c’est un appel que je vais lancer au peuple de Guinée, aux militants et militantes du PDG-RDA. C’est vrai, c’est une épreuve difficile, mais c’est un rempart pour le parti. Il ne faudrait pas que les gens pensent que tout est déjà fini. C’est loin d’être fini, nous gardons toujours notre sérénité et notre courage. Parce que, seul le courage peut nous donner une issue favorable. Nous espérons que les militants et le peuple de Guinée vont continuer à exprimer leur solidarité. Avec la bravoure et le courage, nous obtiendrons la libération du couple Touré. C’est ce qui est notre conviction.

Entretien réalisé par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin