Linsan (Kindia) : des cases appartenant à des éleveurs incendiées par des gardes forestiers et des jeunes

Plusieurs cases appartenant à des éleveurs ont été incendiées le samedi, 29 juin 2019, dans le secteur Tonotah, relevant du district de Tafory, dans la sous-préfecture de Linsan (Kindia). C’est un acte d’agents de la garde forestière venus de Kindia, appuyés par des jeunes de la localité, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon nos informations, tout est parti d’une plainte déposée contre les éleveurs en question par Karamoko Fascinet Camara, membre de la ligue islamique sous-préfectoral de Linsan. Dans sa plainte adressée à la section préfectorale des eaux et forêts de Kindia, il accuse les éleveurs d’avoir occupé la forêt communautaire de Tonotah. Suite à cette plainte, le service des eaux et forêts a dépêché une équipe de 12 personnes qui est allée incendier les cases et enclos des éleveurs.

Amadou Sow, éleveur,
Amadou Sow, éleveur, une des victimes

Un acte surprenant Amadou Sow, l’une des victimes. « Il n’y a pas d’antécédents entre nous. A l’annonce de cette saison pluvieuse, nous leur avons dit que nous voulons rester avec nos bœufs ici. Ils nous ont demandé des colas pour ça, nous avons fait le paquet de colas et on l’a donné au chef du village, du nom de Fodé Souleymane. Après, ils nous autorisés de rester. Mais, à notre grande surprise, ils sont venus à notre absence pour brûler nos cases et enclos. Nous avons demandé pourquoi ils ont fait cela, ils ont répondu que c’est à cause de leur forêt communautaire. Mais, j’avoue que le domaine que nous occupons est hors de la forêt communautaire. Aujourd’hui, nous sommes sans abris, nos animaux, notre nourriture, du lait, nos habits et notre argent, tout est parti. Je lance un appel aux autorités et aux personne de bonne volonté de nous aider afin justice soit rendue », a dit Amadou Sow.

Lansana Bangoura, sous-préfet de Linsan

Interrogé sur cette situation, Lansana Bangoura, sous-préfet de Linsan, a expliqué que « c’est une mission de la section préfectorale des eaux et forêts de Kindia, mandatée par le chef, Seydouba Sylla, pour venir visiter les pépinières de la sous-préfecture de Sougueta et Linsan et la police forestière. Donc, il y avait la mission d’aller dans la forêt communautaire de Tonotah. J’ai visé leur ordre de mission en leur disant de faire attention parce que ceux qui sont partis les rencontrer à Kindia n’ont pas suivi la procédure administrative.

Ni le président du district de Tafory, ni le maire de la CR, ni le sous-préfet, ni les sages n’ont été informés. Je leur ai dit, une fois arrivés sur le terrain, ils n’ont qu’à demander d’abord qui les a installés là parce que j’ai appris que les gens qui sont allés se plaindre à Kindia sont les mêmes qui ont installé les éleveurs sur les lieux. J’ai dit donc demandez-leur qui les a installés, ceux qui l’ont fait, prenez-les et vous les envoyez. Mais, arrivés sur le terrain, ce n’est pas ce qu’ils ont fait », a-t-il indiqué.

Le sous-préfet déplore d’importants dégâts matériels suite à cet incendie volontaire. « Les dégâts sont vraiment lourds : 15 cases et leur contenu complètement calcinés. Ce qui est surtout sidérant dans leur acte, c’est qu’ils ont laissé 3 cases parce que, selon eux, ces cases appartiennent à leur beau. Les victimes n’ont plus d’abris, elles dorment à la belle étoile avec des femmes et les enfants ».

Lansana Bangoura annonce tout de même que certains commanditaires de cet incendie ont déjà été mis aux arrêts. « En plus des 12 conservateurs qui sont venus, les jeunes de Khêgnendy, de Tonotah, de Kandeyah et de Sangaréah ont participé à l’opération. Cela a été commandité par le chef section des eaux et forêts de Kindia avec la complicité de ses éléments. Ils ont décidé de venir faire des dégâts dans notre sous-préfecture.

Les complices, Karamoko Fassinet Camara et Morlaye Sylla, sont mis aux arrêts. Donc le procureur attend le rapport de la gendarmerie de Linsan pour suivre la procédure. C’est le nommé Karamoko Fassinet Camara qui est responsable de tout cela. Je me demande c’est quel règlement de compte ça parce que lui-même il est un bouvier dans la sous-préfecture de Madina Oula », a dit le sous-préfet de Linsan.

En plus des deux personnes citées par le sous-préfet, plusieurs autres jeunes, accusés d’avoir participé à cette opération, ont été interpellés et conduits à la gendarmerie de Linsan.

De retour de Linsan, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628516796

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS