Constitution octroyée, le FNDC section de l’UFDG : les arguments de M’Bany Sangaré pour une nouvelle constitution

Après les responsables du RPG Arc-en-ciel, notamment ses députés, c’est au tour de la jeunesse du parti au pouvoir d’apporter aussi son soutien au controversé projet de nouvelle constitution, visant à permettre au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Les jeunes de la formation politique se sont fait entendre à travers une déclaration rendue publique hier, dimanche 07 juillet 2019. C’était à l’occasion d’une assemblée générale extraordinaire organisée au siège du parti, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

C’est M’Bany Sangaré, Directeur Général de l’office guinéen des chargeurs (OGC) et secrétaire général de la jeunesse du RPG Arc-en-ciel, qui a lu cette déclaration. Elle a rappelé tout d’abord que la Guinée « totalise, depuis son accession à l’indépendance, quatre constitutions respectivement établies le 10 novembre 1958, le 14 mai 1982, le 23 décembre 1990 et le 07 mai 2010. Je me pose la question de savoir : ces constitutions sont-elles tombées du ciel ?

M’Bany Sangaré, Directeur Général de l’office guinéen des chargeurs (OGC) et secrétaire général de la jeunesse du RPG Arc-en-ciel
M’Bany Sangaré, Directeur Général de l’office guinéen des chargeurs (OGC) et secrétaire général de la jeunesse du RPG Arc-en-ciel

Mesdames et messieurs, toutes ces quatre (04) constitutions ont permis, malgré des différences liées à l’opportunité de tel ou tel élément de l’objet constitutionnel, à notre pays de se doter d’institutions et de fonctionner. Si les trois premières constitutions n’ont pas fait l’objet de critiques par rapport à leur mode d’adoption dont dépend essentiellement leur légitimité, tel n’est le cas de la constitution de mai 2010. Faut-il le rappeler que le mode d’adoption de celle-ci a fait, avant et après son élaboration, l’objet de vives critiques de la part de la part de la totalité des guinéens », a-t-il rappelé.

En plus du fait qu’elle n’a pas été adoptée par référendum comme cela se devait, M’Bany Sangaré estime que l’actuelle loi fondamentale de la Guinée est une « une constitution octroyée, pour reprendre les termes du professeur Pierre Pactet. En plus de cette limite congénitale, plusieurs faiblesses, justifiant l’établissement d’une nouvelle constitution sont à distinguer, notamment dans l’incohérence dans la répartition des pouvoirs entre le président de la République et le Premier ministre, le déséquilibre entre les pouvoirs exécutif et législatif, la fragmentation excessive du pouvoir de désignation des membres de la cour constitutionnelle, la prolifération des institutions, la discrimination à l’égard des jeunes et des femmes », a-t-il cité.

Le secrétaire général de la jeunesse du RPG Arc-en-ciel poursuit son argumentaire en rappelant que le président de la République a le plein droit de soumettre une nouvelle constitution à son peuple. « Le fondement duquel la constitution de 2010 a été établie, offre au président de la République le droit d’initiative au référendum constitutionnel. Les arguments soulevés et défendus par une section de l’UFDG appelée le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) sont des arguments, pour reprendre les termes du professeur Martin Loada, antidémocratiques, inopportuns et superfétatoires.

C’est pourquoi, la jeunesse du RPG Arc-en-ciel, au regard de tout ce qui précède, par ma voix, invite l’ensemble des guinéens, dans le respect, la courtoisie, le bon sens, les règles de jeu démocratique, à soutenir massivement le président de la République dans sa ferme volonté de doter la Guinée, notre pays, d’une nouvelle constitution, totalement débarrassée de la totalité des tares de l’actuelle constitution », a lancé M’Bany Sangaré.

Propos recueillis par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS