Le Réveil, nouvelle plateforme de la société civile opposée à un troisième mandat pour le président Alpha Condé, a lancé ce lundi, 22 juillet 2019, un mouvement dénommé « Sifflons pour l’alternance ». Une nouvelle stratégie de lutte pacifique contre tous les maux dont souffre la Guinée et en faveur d’une alternance démocratique en 2020. C’est le siège de la Plateforme des Jeunes Leaders de l’Axe pour la Démocratie et le Développement (PJDD), sis à Bambeto qui a servi de cadre à l’événement, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Après plusieurs mois d’interdiction de toute manifestation de rue en Guinée, de nouvelles formes de protestation voient le jour à un moment où le pays est fortement divisé autour du projet de nouvelle constitution qui vise à octroyer un troisième mandat au président Alpha Condé. C’est dans ce cadre que le Réveil, plateforme de la société civile nouvelle créé et qui se bat pour une alternance démocratique en 2020, a initié le mouvement « Sifflons pour l’alternance ». Une stratégie qui vise à mener le combat à travers des coups de sifflet.

Ibrahima Aminata Diallo, président de la PJDD et porte-parole de la plateforme le Réveil
Ibrahima Aminata Diallo, président de la PJDD et porte-parole de la plateforme le Réveil

« L’idée du mouvement est née suite aux constats que nous connaissons tous dans notre pays. Nous, nous sommes dans une zone où souvent, les gens manifestent leur indignation face une mal gouvernance endémique, et l’Etat déploie les forces de sécurité pour mater les manifestants dans le sang. Et vous savez, on ne peut pas continuer à compter le nombre de morts. Alors aujourd’hui, nous avons proposé aux citoyens guinéens indignés, parce qu’en Guinée, les gens s’indignent mais ils sont résignés. Pourtant, le bonheur ne peut pas venir sur un plateau d’or, le bonheur s’arrache et la liberté aussi s’arrache. C’est dans ce cadre que nous avons décidé d’initier cette activité », a indiqué Ibrahima Aminata Diallo, président de la PJDD et porte-parole de la plateforme le Réveil à l’occasion de cette cérémonie.

Une activité que le Réveil entend pérenniser et étendre dans toute la Guinée, pour protester contre tous les maux dont souffre le pays. « Nous invitons chaque citoyen indigné à se trouver un sifflet. Un sifflet coûte 1000 francs guinéens. Tous les lundis, de 9 h à 10 h, tu peux siffler partout où tu es pour montrer que tu es indigné et tu siffles pour l’alternance. Au-delà même de l’alternance, on peut siffler également si on constate qu’il y a manque d’eau, manque d’électricité, un problème d’insalubrité dans notre quartier où encore les problèmes d’infrastructures routières, tous les maux dont souffre la Guinée en un mot. Donc, le sifflet devient l’arme par excellence du guinéen. C’est ce que nous avons proposé aux Guinéens pour la revendication. Et pour cela également, les samedis, de 11 h à 12 h, on peut siffler », a fait savoir le président de la Plateforme des Jeunes Leaders de l’Axe pour la Démocratie et le Développement, qui appelle aussi l’Etat à encourager cette forme de protestation non violente.

Ibrahima Aminata Diallo en a profité pour dénoncer encore une fois les tueries de 103 jeunes le long de l’Axe Hamdallaye-Kagbelen à l’occasion des manifestations politiques organisées au cours des dernières années, et l’absence de justice pour ces victimes. La rencontre a été clôturée par des coups de sifflets donnés au même moment par les participants pendant plusieurs minutes.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622919225 / 666919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin