Yomou en détresse : la préfecture dépourvue de station service depuis 5 ans

La préfecture de Yomou, située à 1029 km de Conakry, fait partie des endroits oubliés par les gouvernants de notre pays. En plus de son enclavement, Yomou n’a pas une station d’essence depuis cinq (5) bonnes années. Un véritable casse-tête chinois pour les habitants de la préfecture, qui ne savent plus à quel dirigeant se vouer, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Depuis l’année 2014, la préfecture de Yomou est privée de station de carburant. Avant cette date, la seule station service qu’on y trouvait était mécanique, actionnée à l’aide d’une manivelle. Mais, suite au mauvais état de la route N’zérékoré-Yomou, distante de 66 kilomètres, les citernes n’y envoient plus du carburant.

Depuis lors, c’est la sous-préfecture de Péla, située à 22 km de la commune urbaine, qui alimente Yomou en carburant. La ville s’approvisionne au marché noir. Si le carburant est revendu à 9 500 francs guinéens ailleurs, à Yomou il est revendu entre 10 500 francs guinéens et 11 000 francs guinéens. Avec la récente augmentation du prix du carburant à la pompe, passant de 9500 à 10 000 francs guinéens, le même litre se négocie entre 11 000 francs guinéens et 12 000 francs guinéens à Yomou. Pire, dans les villages reculés, le litre d’essence se vend à 13500 francs guinéens.

Selon le constat de notre reporter, c’est les motards qui sont obligés d’aller chercher le carburant à Pela ou à Nzérékoré où ils prennent entre 10 et 12 bidons de 20 litres pour pouvoir alimenter la ville.

Jean Nyanbalamou, conducteur de taxi-moto à Yomou
Jean Nyanbalamou, conducteur de taxi-moto à Yomou

Interrogé à ce sujet, Jean Nyanbalamou, conducteur de taxi-moto à Yomou, n’a pas caché sa souffrance. « Nous souffrons sur la route, surtout pendant la période des grandes pluies. La ville de Yomou n’a pas de station de carburant. Pour servir la population, nous sommes obligés d’aller à Pela pour en chercher. Pour ne faire trop de voyages sur la route, nous sommes obligés de prendre 10 à 12 bidons de 20 litres derrière une moto pour les vendeurs du marché noir. Si nous les prenons à Pela, le transport d’un bidon jusqu’à Yomou est de 5000 FG si la route est bonne. Maintenant, avec l’état de la route, un bidon c’est à 10 000 francs guinéens qu’on le transporte », a expliqué le jeune homme.

De Yomou, Michel Anas Koné pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS