Badra Koné, secrétaire général du bureau national de la jeunesse de l’UFR

Comme annoncé précédemment, le procès de Cheickna Aly Badra Koné, responsable de la jeunesse de l’UFR et 2ème vice maire de la commune de Matam, s’est ouvert ce lundi, 21 octobre 2019, au tribunal de première instance de Mafanco. Après les débats, le procureur a requis 5 ans d’emprisonnement contre l’opposant, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

Arrêté pour avoir appelé les Guinéens à sortir massivement dans la rue pour manifester leur opposition au projet de troisième mandat du président Alpha Condé, Badra Koné et ses avocats ont tenté pendant les débats de prouver au tribunal qu’il n’a commis aucune infraction à la loi. Mais de son côté, le procureur assure que le responsable de la jeunesse de l’UFR s’est rendu coupable d’usurpation de titre et de fonctions, et participation délictueuse à un attroupement.

C’est pourquoi, dans ses réquisitions, le représentant du ministère public a demandé au tribunal de retenir le 2ème vice maire de Matam dans les liens de la culpabilité en le condamnant à 5 ans d’emprisonnement et au payement d’une amende de 2 millions de francs. Au moment où nous mettons cet article en ligne, ce sont les avocats de la défense qui font leurs plaidoiries.

Ibrahima Sory Diallo est au tribunal de Mafanco pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin