Poursuivi pour vol de numéraire portant sur 22 millions de francs guinéens au préjudice du boulanger Boubacar Barry, le prévenu Mamadou Bobo Barry a comparu hier, mardi 29 juin 2021, devant le tribunal correctionnel de Dixinn. À la barre de cette juridiction de première instance, le prévenu a reconnu le vol qui lui est reproché ; mais, il a juré n’avoir pris que 8 millions 300 mille francs guinéens. Le ministère public a requis à son encontre un an de prison dont six mois assortis de sursis, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Selon l’accusation, Mamadou Bobo Barry a été récemment rapatrié de la Libye. Il était à la recherche de travail lorsqu’il a croisé le chemin de sa victime, Boubacar Barry, à Wanindara (un quartier de la haute banlieue de Conakry).

« Il est venu me trouver là où je vends à Wanidara, il m’a dit de l’aider à avoir du travail. Je lui ai proposé de venir travailler avec moi à la boulangerie la nuit. C’est ainsi qu’il (Mamadou Bobo) est venu. Nous sommes restés ensemble pendant deux jours. Le deuxième jour, après la boutique, nous sommes allés à la boulangerie pour travailler. Mais, j’étais épuisé, j’ai étalé les sacs de farine pour me reposer. Et pendant que je dormais, il (Mamadou Bobo) est venu prendre, dans la poche de mon pantalon qui était suspendu, la clé de la boutique et un million de francs guinéens. Ensuite, il est allé ouvrir la boutique et prendre 18 millions, montant qui appartient au  propriétaire de la boulangerie et que je devais déposer à la banque. Il y a aussi pris 3 millions. En tout, il a pris 21 millions dans la boutique, plus un million dans ma poche.  Donc, je lui réclame 22 millions de francs guinéens », a indiqué le plaignant, Boubacar Barry.

A en croire ce boulanger, il a d’abord été tourné en bourrique avant de retrouver les traces de Mamadou Bobo Barry pour enfin lui mettre la main dessus. Car, ce dernier était allé se cacher à Dalaba, alors qu’il ne cessait de dire à sa victime qu’il est à Kamsar.

« Dès que j’ai constaté le vol des clés et le montant d’un million dans ma poche, je me suis mis à rechercher mon ami (Mamadou Bobo Barry). Je l’appelle, son téléphone ne passe pas. Je suis allé gâter la porte de la boutique, j’ai trouvé qu’il a pris les 21 millions. Quelques jours après, il a décroché mon appel. Il m’a dit effectivement que c’est lui qui a pris l’argent. Il m’a dit qu’il est à Kamsar, il a cherché une maison, il a acheté une moto et il a envoyé un montant à ses parents. Je suis allé à Kamsar, je ne l’ai pas vu. Je lui ai dit alors de m’envoyer le reste de mon argent. Il m’a dit qu’il va m’envoyer 300 mille par Orange Money. Finalement, il a envoyé 200 mille francs guinéens. C’est ainsi que moi aussi j’ai joué ma stratégie. J’ai appelé le numéro de celui qui a fait le dépôt, je lui ai demandé où il se trouve. Il m’a dit que c’est à Dalaba, précisément au quartier barrage. Je suis allé directement à Dalaba pour mener les enquêtes. Arrivé un vendredi à Dalaba, j’ai informé les autorités à la gendarmerie. Après, ils m’ont dit qu’il est parti dans son village à Kala ; et, le dimanche, il viendra en ville. C’est ainsi que je l’ai attendu. Et, le dimanche, il est venu, je l’ai mis aux arrêts. Les autorités m’ont dit comme j’avais déjà porté plainte contre lui à Conakry de venir avec lui terminer la procédure ici », a expliqué le boulanger, Boubacar Barry.

Appelé à la barre, le prévenu n’a pas nié les faits de vol mis à sa charge. Cependant, il a dit n’avoir volé que 8 millions 300 mille francs guinéens à Boubacar Barry et non 22 millions comme déclaré par le plaignant.

« C’est Boubacar lui-même qui m’a remis la clé de la boutique. Il m’a dit d’aller nous chercher de l’eau dans la boutique. C’est ainsi que je suis allé trouver un sac noir où se trouvait le montant de huit millions trois cent mille  francs guinéens (8 300 000 GNF). Quand j’ai pris l’argent, j’ai acheté une moto à six millions, j’ai payé 20 feuilles de tôles à un million, je lui ai fait un dépôt de 200 mille, j’ai envoyé 500 mille à ma maman, j’ai acheté quelques habits », a expliqué Mamadou Bobo Barry.

Ainsi, dans ses réquisitions, le ministère public a estimé que « les faits de vol sont effectivement imputables à Mamadou Bobo Barry ». Et, il a demandé au tribunal de le condamner à 12 mois de prison avec 6 mois de sursis.

De son côté, la défense a plaidé « coupable pour 8 millions 300 mille francs » et demandé de larges circonstances atténuantes en faveur du prévenu. « Je vous prie de le condamner au temps mis », a plaidé maître Paul Lazard Gbillimou.

Finalement, le tribunal a mis le dossier en délibéré pour décision être rendue le 7 juillet prochain.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664413227

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin