L’humanité célèbre ce vendredi, 08 mars 2019, la journée internationale des femmes, également appelée journée internationale des droits des femmes. Comme chaque année, cette journée met en avant la lutte pour les droits des femmes, notamment pour la réduction des inégalités par rapport aux hommes. Les femmes vendeuses du marché d’ENCO 5, dans la commune de Ratoma, en profitent pour demander au président Alpha Condé de leur construire un marché digne du nom, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les femmes du monde célèbrent ce vendredi, 08 mars 2019, la journée internationale consacrée à la promotion de leurs droits. Les femmes guinéennes, au four et aux moulins, célèbrent cette fête dans une conjoncture économique particulièrement compliquée. C’est le cas des femmes vendeuses du marché d’ENCO 5 qui sollicitent la réalisation des promesses tenues par le président Alpha Condé.

Kadiatou Barry, vendeuse de denrées alimentaires, demande au chef de l’Etat guinéen d’aider les femmes à sortir de la misère. « A propos de la fête 8 mars 2019, je ne fête pas à ça tout moment. Certaines femmes parmi nous connaissent c’est quoi la fête de femme. D’autres ne le savent pas. Vous savez, quand tu n’es pas instruite et que tu ne connais pas aussi, ce n’est pas facile qu’elles comprennent toutes les choses.

Quand tu dis à certaines personnes que c’est la fête des femmes, elles te disent qu’elles ont d’autres choses à faire. Je demande au président de la République de travailler pour le pays, en créant des entreprises, des sociétés, en employant nos enfants. C’est ce qui pourrait aider nous les femmes. Le président avait dit qu’il est là pour les femmes, pour leur venir en aide. Mais, sincèrement, je n’ai rien vu », a dit la bonne femme.

Pour sa part, Fanta Mansaré, cheffe des femmes vendeuses du marché ENCO 5, sollicite la rénovation de leur marché. « Nous avons l’habitude de célébrer le 8 mars. A l’occasion de cette fête, nous demandons au chef de l’Etat de nous venir en aide de construire notre marché, d’arranger nos tables et tôles parce qu’elles sont toutes gâtées. Pendant la saison pluvieuse, le marché est impraticable. Le président Alpha Condé ne peut pas aider tout le monde, mais il a aidé certaines femmes ».

De son côté, Kandet Bayo, cheffe des vendeuses de friperie, interpelle l’Etat pour l’amélioration de leurs conditions de travail. « Nous sommes habituées à célébrer cette fête. La fête approche, on nous envoie les pagnes, les uniformes que nous cousons pour rendre la fête belle. Nous souhaitons que le président Alpha Condé nous vienne en aide parce qu’il avait dit qu’il allait aider les femmes.

Nous les femmes analphabètes, qui célébrons cette fête, nous sommes inquiètes. C’est à propos de nos places au marché, car nous souffrons énormément. Tout ce que l’Etat peut faire pour nous les illettrées qui évoluons dans le commerce, c’est de nous construire des marchés, car nous ne pouvons pas être ministres ni chefs de quartier », a fait remarquer.

Même son de cloche chez Aminata Traoré, également marchande à d’ENCO 5. « Concernant cette fête des femmes, je n’ai pas l’habitude de la célébrer. Nous apprenons seulement que c’est ce vendredi. Le jour que le Président Alpha Condé a dit qu’il va aider les femmes, j’étais présente. Mais, je n’ai rien vue d’abord. Je lui demande de nous soutenir dans le commerce », lance-t-elle.

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com