Exif_JPEG_420

Les anciens élèves de la promotion 2002 du prestigieux groupe scolaire Sainte Marie de la Bellevue ont pensé à leur école en y procédant à une journée d’assainissement et de reboisement. Cette activité, menée ce samedi 22 juin 2019, se situe dans le cadre de la journée de l’environnement. Cette première édition a connu une forte mobilisation avec le thème « mon école est la plus belle, n’en faisons pas une poubelle », a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Cette activité des anciens élèves de la promotion 2002 de la Sainte Marie a bénéficié de l’appui de la BICIGUI (Banque Internationale pour le Commerce et l’Industrie en Guinée). Pour cette occasion, le représentant de la BICIGUI, les anciens élèves de la promotion de 2002, et le Directeur Général du groupe scolaire de Sainte Marie, ont assaini et reboisé 50 cocotiers aux alentours de la bordure de mer. Selon les organisateurs, cette démarche vise à empêcher l’avancée de la mer.

Mamadou Sanou Diallo, en charge de la RSE (Responsabilité Sociale et Environnementale) à la BICIGUI, a fait savoir que « dans le cadre de nos orientations stratégiques la BICIGUI, en collaboration avec l’institution Sainte Marie et les anciens élèves de la promotion 2002 ont décidé d’organiser cette journée riche en activités… Cette action vise à inculquer à nos jeunes frères et sœurs l’amour de la nature et l’impérieuse urgence de la protection de l’environnement. Ils devront être nos ambassadeurs auprès de leur entourage afin de véhiculer le bon message et adopter les bonnes pratiques environnementales ».

Par ailleurs, monsieur Diallo a dénoncé les multiples agressions que subit notre environnement dans une indifférence quasi-générale. « Chaque jour nous voyons comment la nature souffre de l’indifférence et de la négligence des personnes, dont le comportement nuit à notre environnement. Nous aimons la nature et ses cadeaux, néanmoins notre reconnaissance ne pourrait se traduire que par les actions pérennes comme celles que nous allons entreprendre aujourd’hui.

Tous ensemble, à travers notre engagement, nous démontrons que le bénévolat n’a pas d’obstacle ni d’âge, et une étude profonde est actuellement en court pour impliquer plus d’acteurs de l’éducation au tour de cette cause noble qui nous interpelle tous.

Pour ce qui est du choix porté sur la Sainte Marie, Mamadou Sanou Diallo, lui-même ancien de cette école, a dit qu’il n’est pas fortuit. « Je suis toujours fier de cette école qui m’a beaucoup donné et à laquelle je dois énormément. Accompagner la Sainte Marie dans son engagement d’amélioration du cadre d’études des élèves n’est pas chose difficile de par les fondements déjà mis en place par sa direction générale.

Cette responsabilité environnementale se traduit par l’existence d’un responsable de l’environnement et la sécurité, d’un certain nombre d’élèves qui font partie du comité environnement, aussi de poubelles à chaque coin et recoins permettant de différencier les déchets plastiques et autres. Ce dispositif est soit rare et même inexistant dans la plupart des écoles tant à Conakry et encore pire à l’intérieur du pays.

Cette journée nous donne l’occasion d’agir à notre échelle pour l’environnement et de participer ainsi à un mouvement ayant un impacte positif et durable de notre écosystème. Elle sera axée sur une sensibilisation, de l’assainissement et du reboisement », a-t-il laissé entendre.

Pour sa part, Aboubacar Sidiki Dramé, un autre représentant de la promotion 2002, a dénoncé « notre » irresponsabilité à préserver la terre que nous ont laissée nos ancêtres. « Notre responsabilité c’est de dire que nous, nous avons échoué, parce qu’on n’a pas été capable de préserver la terre que nous avons reçu de nos aînés. Que ce soit ici, à la maison, n’acceptez jamais que les arbres soient abattus sans qu’ils ne soient remplacés par d’autres. Ne la salissez pas cette terre, parce qu’elle est la vôtre. Elle nous appartient et nous avons l’obligation de l’entretenir », a conseillé Aboubacar Sidiki Dramé.

Interrogé par notre reporter, le directeur général du groupe scolaire Sainte Marie, Gérard Ngor Diouf, a dit sa grande surprise devant cette activité qui s’est tenue dans son école. « Ça a été une surprise agréable lorsque j’ai reçu monsieur Sanou Diallo, qui était venu justement me faire part de leur projet, des anciens de la promotion 2002, en collaboration avec la BICIGUI, de mener une action sur la gestion de l’environnement. Pour le moment, ce que nous voulons en interne, c’est sensibiliser reboiser et assainir », a dit le DG de Sainte Marie.

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin