C’est parti pour le baccalauréat unique, session 2019. Les épreuves de cet examen national ont démarré ce lundi, 15 juillet dans tout le pays. Au lycée Kipé, dans la commune de Ratoma, c’est le Premier ministre qui a présidé la cérémonie de lancement officiel. Ibrahima Kassory Fofana a mis l’occasion à profit, pour annoncer des dispositions prises par le gouvernement pour la bonne tenue de cet examen, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Elhadj Balato Keita, proviseur du lycée Kipé
Elhadj Balato Keita, proviseur du lycée Kipé

C’est d’abord Elhadj Amara Balato Keïta, le proviseur du lycée Kipé, qui a pris la parole à l’occasion de cette cérémonie de lancement officiel du baccalauréat unique. Il s’est réjoui de la présence du Premier ministre dans ce centre pour lancer les épreuves du Bac, avant de rassurer de la bonne organisation de cet examen national dans son école. « Toutes les recommandations faites par les décideurs de l’éducation, nous avons tenu compte de ces dispositions pour mettre en ordre tout ce qu’il faut pour que l’examen se passe dans les meilleures conditions.

Le profil qui est retenu chez moi, c’est les sciences sociales. Les candidats, dans mon centre, sont au nombre de 497 dont 208 filles, répartis dans 17 salles, soit un par table. Le nombre de surveillants est de 34 dont 18 femmes. Les agents de sécurité sont au portail, les agents médicaux aussi sont là. D’ailleurs, j’ai la joie de vous annoncer que la fondation PROSMI nous a envoyé beaucoup de produits, et ces produits sont visibles à la table avec les infirmiers et infirmières qui sont là », a-t-il indiqué.

Moussa Doukouré, Directeur Communal de l’Education par Intérim de Ratoma
Moussa Doukouré, Directeur Communal de l’Education par Intérim de Ratoma

Abondant dans le même sens, Moussa Doukouré, Directeur Communal de l’Education par Intérim de Ratoma, a soutenu que toutes dispositions sont prises pour l’effectivité de la consigne tolérance zéro vers l’excellence dans sa commune. « La particularité de cet examen cette année, est que nous allons mettre en œuvre le slogan tolérance zéro vers l’excellence. Et pour cela, nous avons demandé à ce que personne ne vienne avec un téléphone dans les centres, que personne ne vienne avec un sac, les vide-poches dans les centres.

Aussi, nous avons exigé que tous les surveillants viennent dans les centres comme les militaires. C’est-à-dire que personne n’a droit à s’asseoir dans une salle, personne n’a droit à lire dans les copies d’un candidat. Ensuite, tous les centres ont deux agents de santé, deux agents de sécurité, et puis les agents de santé sont pourvus de médicaments essentiels », a-t-il fait savoir.

Ibrahima Kassory Fofana, Premier ministre, chef du Gouvernement

Pour sa part, le Premier ministre guinéen, Ibrahima Kassory Fofana, a commencé par prodiguer des conseils aux candidats. Selon lui, sa présence au lycée Kipé vise « à s’assurer que toutes conditions matérielles, financières et humaines sont réunies pour que les épreuves se passent dans les meilleures conditions, pour que le baccalauréat 2019 ne connaisse pas les dérapages du passé, qu’on ne se plaigne pas pour dire qu’il y a eu beaucoup de tricheries. Parce que la toile de fond pour le gouvernement est de s’assurer que le système éducatif guinéen puisse aller de l’avant, c’est-à-dire puisse être un système compétitif dans un monde qui se globalise.

Que les Guinéens puissent, dans les conditions de connaissances techniques, technologiques, disons intellectuelles, compétir avec les autres pays de la région et les autres régions du monde. Il faut qu’on ait le courage de le dire, on a système éducatif déficient. Combien de guinéens pourraient à la sortie de l’université prétendre à un emploi compétitif sur le plan international ? Et là, pour corriger cela, il faut corriger à la base, il faut une sélection rigoureuse, il faut un système rénové, qui tienne compte de l’évolution du monde », a-t-il expliqué.

En plus, le patron du Palais de la Colombe a dit être là aussi pour « s’assurer que l’encadrement du système éducatif est bien en phase avec cette préoccupation gouvernementale citée plus haut. Et, je suis heureux de constater que c’est le cas : toutes les dispositions sont prises, rien n’a été laissé au hasard. J’en félicite l’encadrement du système éducatif, le ministère de l’éducation nationale et avec la dynamique inspectrice générale de cette éducation », a-t-il dit.

A noter que cette année, la commune de Ratoma présente un total de 13.532 candidats, dont 5.978 filles au baccalauréat unique, tous profils confondus. Ces candidats sont répartis dans 36 centres d’examen.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin