Le feuilleton du Silygate, ou la gestion scabreuse de la participation de notre onze national à la Coupe d’Afrique des Nations de football, Egypte 2019, n’a pas encore livré tous ses secrets. Les soupçons de corruption qui pèsent sur Amadou Diaby et Paul Put (premier vice-président et ex sélectionneur du Sily, respectivement) sont venus alourdir l’atmosphère déjà délétère consécutive à la raclée infligée à la Guinée (3 à 0) en huitièmes de finale par l’Algérie.

La confrontation tant attendu entre les deux hommes (l’un accuse l’autre d’avoir perçu 10% de son salaire) n’a toujours pas pu avoir lieu, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Après avoir évoqué des raisons de sécurité suite à son absence lors du premier rendez-vous pour la confrontation, Paul Put a une nouvelle fois posé un lapin au comité Ethique de la Fédération Guinéenne de Football. Attendu au siège de l’institution ce mercredi, 14 août 2019, Paul Put ne s’est pas présenté sur les lieux pou une confrontation avec Amadou Diaby, qu’il accuse d’avoir perçu 10% de son salaire à la fin de chaque mois. Ce qui pourrait constituer un pactole non négligeable.

Selon nos informations, la commission qui attendait le technicien Belge a été tout simplement mise devant le fait accompli. N’ayant plus le choix, la commission a écourté la partie alors qu’Amadou Diaby était bien présent pour ce face-à-face tant attendue.

Le prochain rendez-vous est fixé au vendredi, 16 août 2019. Il reste à savoir sir Paul Put va continuer à faire le vide ou s’il sera présent pour tirer les choses au clair dans cette affaire qui fait couler un flot d’encre à travers la Guinée.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com