L’Unité des Sapeurs-pompiers de Labé est confrontée à d’énormes difficultés liées au manque de citerne d’incendie, d’ambulance d’évacuation de victimes vers les centres hospitaliers et de bouteilles respiratoires pour la recherche de personnes noyées, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée à travers le reportage vidéo ci-dessous.

Le commandant Mohamed Lamine Diakité dirige l’Unité des Sapeurs-pompiers de Labé depuis le 12 février 2019. Là, il a trouvé que son service n’a ni citerne d’intervention, ni ambulance. « Comme tout le monde le sait. J’ai trouvé que depuis le mois d’août 2018, le camion qui servait la population de Labé a été incendié suite à une violence urbaine. Jusqu’à présent le service se trouve à cet état. Ni un camion incendie, ni une ambulance. Le bilan est très regrettable. Un bilan négatif, parce que depuis mon arrivée ici, il y a eu 8 cas d’incendie dont même le magasin central de l’hôpital. C’est donc un bilan catastrophique qui est déplorable d’ailleurs. Vous savez le service de la protection civile est aussi un peu différent des autres services » a-t-il expliqué.

En cette période hivernale, l’Unité des Sapeurs-pompiers a enregistré deux cas de noyade dans la commune urbaine de Labé où les agents sont aussi confrontés à un problème de bouteilles respiratoires pour les recherches en profondeur. « On a géré deux cas depuis mon arrivée. Le premier cas, il y a une femme qui est tombée dans une fosse septique. Nous sommes allés la sauver, parce que ce n’est pas lié à l’utilisation du camion incendie mais le véhicule de commandement que nous avons pouvait aussi servir à ce service, se déplacer pour sauver la femme. On l’a évacué à l’hôpital. Le second cas, vous savez on est en période de vacances, les rivières sont bordées d’eaux, il y a un enfant qui est venu d’un quartier. Il a retrouvé ses amis, ils sont allés à la rivière. Comme il a vu ses amis entrain de nager, pour lui c’est quelque chose qu’on fait comme on veut. Il a suivi les autres et puis il est resté. Le premier jour on n’a pas pu retrouver l’enfant, parce que vous savez quand même la recherche d’une victime par rapport à une noyade demande un autre moyen d’interventions qui est la bouteille respiratoire. Quand il y a une certaine profondeur, il faut des bouteilles respiratoires. Sinon on ne peut pas prendre du temps dans l’eau. Ce qui a fait qu’on n’a pas pu sauver l’enfant. Ce n’est que le deuxième jour de la recherche qu’on n’a pu retrouver l’enfant. On a trouvé qu’il est décédé » a-t-il ajouté.

Le commandant des Sapeurs-pompiers de Labé lance un appel aux personnes de bonne volonté. « C’est un service humanitaire. Ça intéresse tout le monde et chacun doit faire un effort pour que ce service-là existe » a-t-il insisté.

Pour cet officier de la sécurité publique, appuyer l’unité des sapeurs-pompiers a plus de mérite que d’effectuer le pèlerinage à la Mecque.

Depuis Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin