Depuis quelques années, la situation est la même à chaque saison hivernale. La traversée de la route reliant les préfectures Macenta et Guéckédou, en Guinée forestière, relève d’un véritable parcours de combattant. En ce moment même, les usagers de cette route subissent d’énormes souffrances, a constaté un reporter de Guineematin.com sur place.

Il n’y a pas de mots pour décrire le calvaire des citoyens qui traversent ce tronçon depuis le début des grandes pluies. A plusieurs endroits de la route, on retrouve de la boue et de gros trous qui rendent très difficile le passage des véhicules. Les chauffeurs sont souvent obligés de débarquer leurs passagers avant de traverser certaines parties critiques de la rencontre.

Des passagers qui doivent accepter de payer le transport et faire une partie du chemin à pied. C’est le seul moyen de réduire les risques d’accidents de la circulation. Tout au long de la route, se trouvent des véhicules en panne ou coincés dans la boue. Un rappel pour les chauffeurs qui osent encore s’aventurer dans cette partie du pays des risques qu’ils encourent.

En raison de cette situation, le trafic entre la Guinée forestière et les autres régions du pays est nettement réduit en ce moment. Ce qui entraîne des conséquences ressenties particulièrement à Conakry, la capitale, destination de plusieurs produits agricoles en provenance de la région de N’zérékoré.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin