L’UFR contre les promoteurs de la nouvelle constitution : « il faut régler leurs comptes… »

Le combat à mener contre le très contesté projet de nouvelle constitution, voulu par les tenants du pouvoir, continue d’alimenter les débats à travers la Guinée. A l’Union des Forces Républicaines (UFR), fer de lance de la lutte contre le 3ème mandat, les discours deviennent de plus en plus caustiques. A l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire de ce samedi, 05 octobre 2019, le parti républicain n’a pas dérogé à cette règle, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

En ordre de bataille contre le projet de nouvelle Constitution qui vise à donner une présidence à vie à Alpha Condé, les responsables de l’UFR appellent à un sursaut pour empêcher son aboutissement. Très remonté contre les promoteurs de ce projet, Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR, n’y est pas allé d’une main morte contre « les délinquants » qui veulent prendre la Guinée en otage. « Il faut qu’on se lève, arrêtons de pleurnicher. Il faut qu’on s’organise et qu’on les empêche. Et dès maintenant, ça doit commencer. Ceux qui sont des indicateurs-là, il faut régler leurs comptes. On ne peut plus attendre, les jeunes de l’UFR, levez-vous, arrêtez de dormir, arrêtez de bavarder. Défendons nous, c’est de notre survie qu’il s’agit », a lancé Saïkou Yaya Barry.

Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR

S’adressant aux jeunes et aux femmes de l’UFR, l’honorable Saïkou Yaya Barry a tout d’abord rappelé que le soldat qui meurt à la guerre, c’est celui qui a peur. C’est pourquoi, le secrétaire exécutif de l’UFR a invité les militants à faire preuve de courage jusqu’à la victoire finale. « Vous les jeunes et les femmes, le moment venu, et c’est très bientôt, quand on se lève, que quelqu’un n’ait peur de quelque chose pour avancer. Je sais aujourd’hui qu’on est suffisamment engagés, qu’on est prêts. La jeunesse est prête, les femmes sont organisées. Je jure que nous allons remporter la victoire. Je jure que nous allons gagner », rassure-t-il.

En outre, Saïkou Yaya Barry a laissé entendre que la Haute Guinée est la région la plus démunie de la gouvernance Alpha Condé contrairement à ce que les gens font croire. « J’ai fait l’ensemble des régions, j’ai vu ce qui se passe en Haute Guinée. La pauvreté est partout, il n’y a pas de routes. Kouroussa-Dabola, c’est 146 kilomètres, mais il faut 5 heures du temps. On a taxé la Haute Guinée de soutenir un chef qui est devenu président, mais aujourd’hui, ils sont les plus malheureux par la gouvernance d’Alpha Condé », estime-t-il.

Ahmed Tidiane Sylla, responsable de la cellule de communication de l’UFR

Abondant dans le même sens, Ahmed Tidiane Sylla, responsable de la cellule de communication de l’UFR, a tiré dans tous les sens. « Nous sommes avec un président méchant, nous sommes avec un président qui n’aime pas son peuple, nous sommes avec un président qui n’aime pas la population guinéenne, nous sommes avec un chef d’Etat qui se réjouit de la misère, de la pauvreté du peuple. Pendant neuf ans, on nous a maintenus dans cette misère, les conditions de vie des guinéens se sont dégradées. Pendant neuf ans, nous n’avons pas eu accès à de bonnes routes, nous n’avons pas eu accès à une très bonne éducation, nous n’avons pas eu un service sanitaire adéquat. Pendant neuf ans, nous n’avons rien eu. Aujourd’hui encore, Alpha Condé nous demande de lui donner un troisième mandat. Est-ce quelqu’un qui a pitié de son peuple peut demander à ce que cette misère se perpétue ? »

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS