Les verdicts continuent de tomber dans les tribunaux guinéens contre les opposants au très contesté projet de 3ème mandat pour Alpha Condé avec des fortunes diverses. Si certains juges ont eu la main lourde contre les meneurs du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), d’autres ont été plus « cléments ». C’est dans ce cadre que sept (7) jeunes gens, poursuivis pour attroupement et participation délictueuse à un attroupement, ont été libérés ce mardi, 22 octobre 2019, par le tribunal correctionnel de Kaloum, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les prévenus dans ce dossier sont : Abraham Bangoura, Aboubacar Bangoura, Mohamed Camara et Mohamed Lamine Camara (poursuivis pour attroupement et placés sous mandat de dépôt le 14 octobre 2019) ; Mohamed Touré, Elhadj Youssouf Camara et Lansana Sylla (poursuivis pour participation délictueuse à un attroupement et placés sous mandat de dépôt le 18 octobre).

Dans ses réquisitions, le procureur, Aboubacar Sir Sylla, s’est réjoui de n’avoir constaté aucune manifestation dans la commune de Kaloum. « Madame la présidente, je profite de cette occasion pour remercier la jeunesse de Kaloum parce que dans la ville de Conakry, c’est seulement la commune de Kaloum qui n’a pas manifesté cette fois-ci lors de ces dernières manifestations. Pour cela, je dois remercier la jeunesse de Kaloum pour le calme et la sérénité qu’elle a su garder. Ces jeunes que vous voyez devant vous ici ont été arrêtés lors des journées des récentes manifestations. Mais à Kaloum, il n’y a pas eu de manifestations. En plus de ça, ils ont été arrêtés séparément. Aucun d’eux n’était avec l’autre ni moralement, ni physiquement. Donc, nous n’avons eu aucune preuve matérielle ou morale qui justifie leur infraction. Vous les avez entendus ici lors des débats. Le fait d’avoir été arrêté parce qu’on est allé seul pour acheter un plat de riz ne justifie pas qu’on a participé à un attroupement. Donc madame la présidente, qu’il vous plaise de relaxer purement et simplement les prévenus conformément à l’article 544 du code pénal », a plaidé monsieur Aboubacar Sir Sylla.

S’engouffrant dans cette brèche ouverte par le procureur, les avocats de la défense vont plaider la libération de leurs clients. Faisant remarquer l’inexistence de preuves contre les prévenus, les avocats ont tour à tour demandé à madame la présidente, la relaxe pure et simple des jeunes gens.

Ainsi, c’est sans surprise que la juge, madame Mariam Bamba Kallo, a prononcé la relaxe des prévenus « pour délit non constitué ».

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel : 00224 622919225 / 666919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin