Abdoul Salam Sow, 7è vice maire de la commune de Ratoma

La liste des personnes tuées par balles dans le combat contre le contesté projet de 3ème mandat pour Alpha Condé ne cesse de s’allonger. La commune de Ratoma, particulièrement ciblée, paye le plus fort de cette répression qui s’abat sur des civils innocents. Une situation qui provoque un sentiment de révolte, notamment chez Abdoul Salam Sow, 7ème vice maire de Ratoma. Dans un entretien accordé à un reporter de Guineematin.com, ce conseiller communal a dénoncé ce qui est entrain de se passer dans certains quartiers de l’Axe et appelle les forces de l’ordre à agir dans les règles de l’art.

Le bras de fer entre le pouvoir et le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) a endeuillé une vingtaine de familles en un mois de protestation contre le 3ème mandat pour Alpha Condé. Indigné par cette situation inquiétante, Abdoul Salam Sow s’est fait entendre en dénonçant l’excès de zèle des forces de l’ordre. « J’ai le cœur serré de parler de cette situation aujourd’hui, en tant que responsable de la commune de Ratoma où particulièrement les tueries se font. Il faut dire que cette situation devient de plus en plus préoccupante. Je dois dire que les interventions des services de sécurité sont aujourd’hui caractérisées par un excès de zèle dans le maintien d’ordre au niveau de Ratoma. Les marches débutent au niveau de la commune de Matoto où il y eu des foules importantes, il n’y a pas eu de cas de décès malgré la présence de milliers de marcheurs autour des responsables du FNDC. Pour ce qui est du cas récent, lorsque les gens sont rentrés chez eux, dans leurs quartiers, il y a eu une répression qui est allée à l’excès. Malheureusement, il y a eu des cas de morts de jeunes gens dans les quartiers d’Hamdallaye, de Koloma et de Bomboly. Tous sont âgés de moins de 20 ans. Se mettant à la place de leurs familles, c’est vraiment dur. En tant responsable, ça me fait des soucis », a laissé entendre Salam Sow.

Devant cette terrible épreuve imposée à sa commune, Abdoul Salam Sow invite les services de sécurité à faire preuve de professionnalisme dans le maintien de l’ordre. « Je dirai aux agents des forces de l’ordre d’agir de façon professionnelle dans leurs différentes interventions, en restant sur les lieux qui leur sont indiqués et de ne pas rentrer dans les quartiers et jusque même dans les concessions des familles. Ils doivent comprendre que c’est une position que ces jeunes défendent. Il faut qu’on accepte la liberté d’opinion. Mourir à la fleur de l’âge pour une question de Oui ou de Non dans un pays qui se veut démocratique ne se doit pas. Ces jeunes, s’ils vivaient, ils pouvaient devenir des policiers ou des gendarmes comme eux pour servir ce pays tout comme ils pouvaient devenir des personnalités utiles à la nation », pense-t-il.

En outre, l’élu de Ratoma rappelle que la vie humaine ne doit pas être banalisée à ce point. « La vie de l’homme est sacrée. Rien ne vaut la vie. Ces agents doivent comprendre qu’ils ont leurs fils chez eux, qu’ils dorlotent à leur retour à la maison. Aujourd’hui, c’est des familles entières qui pleurent. Ces tueries doivent s’arrêter. Je profite de cette occasion pour en appeler à la retenue de la part des services de sécurité sur le terrain. Que l’on comprenne que la vie de l’homme n’a pas de prix. Je voudrais que la population de Ratoma qui m’a élu soit en paix, comme tous les autres. Je voudrais aussi que chaque citoyen de la Guinée puisse bénéficier de la liberté d’opinion, et donc de la liberté d’expression puisque c’est un droit pour tous ».

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : 00224 622919225 / 666919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin