En prélude à l’ouverture officielle de la première édition du Salon des Entrepreneurs de Guinée (SADEN), prévue ce mercredi, 13 mars 2019 à Conakry, le comité d’organisation de cet évènement des créateurs, repreneurs et dirigeants d’entreprises a organisé une conférence, dans la soirée d’hier mardi, à Conakry.

Présidée par Alpha Condé, cette première rencontre d’échanges avait pour objectif d’annoncer les couleurs du Salon des Entrepreneurs de Guinée qui réunira en tout 2000 participants issus des huit (8) régions administratives du pays et de l’étranger, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Dans son discours de circonstance, Sékouba Mara, directeur général de l’Agence Guinéenne de Promotion de l’Emploi et président du SADEN a dit qu’en dépit des outils mise en place par le gouvernement pour faciliter l’emploi aux jeunes guinéens, des difficultés majeures sont rencontrées et qui empêchent l’atteinte des résultats souhaités.

Parmi ces difficultés, poursuit monsieur Mara, il y a « l’accès à l’information, au financement, et au garantie ; les dispositifs d’accompagnement de l’entreprenariat féminin, jeune et de la diaspora ; l’information du secteur, de même que la fragmentation des initiatives d’appui.

D’où l’idée d’un salon prenant en compte l’ensemble des activités favorables à l’insertion et à l’entreprenariat mais aussi et surtout permettant de faire un scan de l’environnement entrepreneurial. Cette initiative du gouvernement guinéen, en collaboration avec le Centre de Commerce International (ITC), l’agence d’exécution du volet entreprenariat du programme INTEGRA, financé par l’Union Européenne, vise à :

Promouvoir les opportunités d’investissements, créer une plateforme de partage d’expérience, de réseautage et de réflexion sur l’écosystème entrepreneurial guinéen. Et, de lutter contre le chômage, l’exode rural et l’immigration irrégulière en créant des activités génératrices de revenus par le biais de l’entreprenariat », a expliqué l’initiateur du SADEN.

De son côté, madame Arancha Gonzalez, directrice exécutive du Centre de commerce international a indiqué qu’elle a accepté d’accompagner le SADEN 2019, suite à la demande du Chef de l’Etat, à l’occasion d’une de ses visites à Conakry. Selon elle, il y a trois (3) raisons pour lesquelles son institution doit accompagner le SADEN :

« Premièrement, parce que nous devons accompagner les jeunes dans des projets connectés aux opportunités des marchés, à commencer par les grands marchés africains que monsieur le président avec d’autres présidents de l’union africaine insistent à construire.

Parce que le SADEN, c’est aussi de nouvelles sources d’investissements parce que vous allez pouvoir identifier les meilleures pratiques (…) Deuxième raison, parce que nous devons renforcer et nous devons capitaliser toutes les initiatives existantes. Troisièmement, parce que nous devons tous travailler, dynamiser un écosystème entrepreneurial local », a-t-elle expliqué.

De son conté, le président de la République, a salué la tenue pour la première fois d’un tel salon à Conakry. Selon lui, des efforts ont été faits par le gouvernement dans le cadre de la facilitation de la création des entreprises dans le pays. « Si avant il fallait trois mois pour créer une entreprise, aujourd’hui pour créer une entreprise en Guinée il faut 24 heures.

Mais il faut dire aussi que les hommes d’affaires guinéens n’étaient pas habitués à l’entreprenariat. Parce que le commerce était devenu facile. C’était d’ailleurs tellement facile qu’ils ne payaient ni douane, ni taxes. Des conteneurs venaient où c’était écrit PRG. C’est-à-dire des conteneurs qui appartenaient aux commerçants, mais où c’était écrit PRG, cela pour éviter qu’ils ne paient des taxes douanières.

Donc, il n’y avait pas d’entreprises, nous étions un pays qui importait tout. Nous avions une seule usine de ciment qui produisait aussi du ciment de mauvaise qualité. (…) Donc, nous n’avions pas l’esprit entrepreneurial. Le premier régime était un régime de captage, c’est-à-dire que c’est quelques personnes qui captaient l’économie et qui s’enrichissaient au dos de la population. Donc, il fallait créer cet esprit au niveau des hommes d’affaires pour qu’ils acceptent de prendre des risques afin de créer des entreprises. Dieu merci, nous avons commencé à avancer », a-t-il expliqué.

Très satisfait de la qualité organisationnelle de ce salon, Alpha Condé a invité les Guinéens, particulièrement les entrepreneurs à s’investir dans la production locale. « J’ai dit : nous devons produire ce que nous consommons et consommer ce que nous produisons. C’est ça qui doit être la base de notre politique. Et deuxièmement, nous ne devons pas être un pays fournisseur de matières premières. Nous devons transformer nos matières premières sur place », a-t-il ajouté.

A noter que ce salon qui va durer trois jours, connait déjà un grand engouement. Ce mercredi, le Premier ministre présidera l’ouverture officielle des travaux.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com