Dr Colle Chantal et Mme Nouhou Safiatou Alzouma

La directrice de l’unité indépendante de mise en œuvre de l’AREI (l’Initiative Africaine des Energies Renouvelables) et le point focal de l’AREI pour l’Afrique de l’Ouest ont coanimé un point de presse dans la soirée d’hier samedi, 15 juin 2019 à Conakry. L’objectif était de faire le point du forum sur les énergies renouvelables en Afrique, tenu du 11 au 14 juin dernier dans la capitale guinéenne, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Dr Colle Chantal, point focal AREI pour l’Afrique de l’Ouest,
Dr Chantal Colle, point focal AREI pour l’Afrique de l’Ouest,

Dans son intervention, Dr Colle Chantal, point focal AREI pour l’Afrique de l’Ouest, a d’abord exprimé sa joie par rapport à la mobilisation qui a caractérisé ce forum des énergies renouvelables en Afrique, tenu ici à Conakry. Selon elle, l’objectif de ce forum qui a réuni plus de 260 étrangers, sans compter les nationaux, « est de montrer qu’il y a une vraie dynamique qui s’est inscrite et qu’il faut maintenant la présenter de façon concrète au-delà de l’initiative, mais également pour le secteur privé et également pour les populations. Parce qu’il est important qu’elles (les populations) comprennent en quoi les énergies renouvelables, c’est important et c’est l’avenir.

Durant ce forum régional sur les énergies renouvelables, il s’est tenu un certain nombre de choses. Et l’année prochaine, il se tiendra plus de choses. Parce que nous nous inscrirons dans une dynamique plus intensive avec le secteur privé encore. La première chose qui s’est tenue et que vous avez suivi, c’est le conseil d’administration extraordinaire de l’AREI pour l’adoption de projets. Vous avez constaté qu’était présent le président Idriss Déby (président du Tchad et vice-coordinateur de l’AREI, ndlr) …

La seconde partie du forum, hormis le lancement, ça a été le volet consacré au secteur privé. Vous avez vu que le 12 juin, il y a eu toute une journée consacrée au secteur privé sur le contient et qui était animée par l’Union européenne parce qu’un nouvel outil de financement a été mis par l’Union européenne, pour permettre au secteur privé de jouer pleinement son rôle dans les énergies renouvelables. Les journées du 13 et 14 ont été des journées de formation qui ont été initiées par l’IDU», a-t-elle notamment souligné.

Chantal Colle précise que le conseil d’administration extraordinaire avait un seul objectif cette fois-ci. « C’était l’adoption des projets. Pour atteindre les objectifs 2030, il faut déjà atteindre les objectifs 2020 ; les objectifs 2020, c’est 10 gigawatts et une enveloppe financière de 10 milliards de dollars qui a été mise en place lors de la COP 21. Il vous souviendra qu’en 2017, à Conakry, il y avait un certain nombre de projets qui ont été adoptés : 19, puis 5 à New York, ce qui nous a fait 24. Et depuis 2017, il ne s’était rien passé.

En revanche, bilatéralement bien-entendu, les pays ont continué à jouer leur rôle et à défendre les énergies renouvelables dans leurs pays respectifs. D’où notre rôle de comité technique, de montrer cela à tous, de montrer le travail qui a été fait et le fait que nous sommes en train d’arriver à ces perspectives de gigawatts pour pouvoir travailler sur les levées de fonds de 3030 pour les 300 gigawatts. Donc, lors du conseil d’administration, 104 projets ont été adoptés, 3 milliards d’euros et 2.7 gigawatts ont été adoptés à Conakry, le 11 juin. Et, aujourd’hui, 8 milliards des 10 milliards ont été utilisés pour le continent », a-t-elle révélé.

Nouhou Safiatou Alzouma, directrice de l’Unité Indépendante de mise en œuvre de l’AREI,
Nouhou Safiatou Alzouma, Directrice de l’Unité Indépendante de mise en œuvre de l’AREI

De son côté, Nouhou Safiatou Alzouma, directrice de l’Unité Indépendante de mise en œuvre de l’AREI, a indiqué que « l’AREI est une initiative qui a été portée par nos Chefs d’Etat, donc au plus haut niveau d’engagement politique sur le continent. Donc, l’objectif de l’AREI, c’est d’aider l’Afrique à exploiter son énorme potentiel en énergie renouvelable en vue d’améliorer les conditions de vie de tous les africains et aussi à amorcer notre transition vers un développement sobre en carbone.

Nous savons que le contient a assez de potentiels en énergie renouvelable : solaire, éolien, hydraulique, biomasse ; ce potentiel n’est pas malheureusement exploité pour plusieurs raisons. Donc, l’objectif de l’AREI, c’est d’essayer d’équiper nos pays, nos régions, à mettre en place les écosystèmes favorables pour attirer les investissements et aussi faciliter le financement des projets directs qui sont éligibles aux critères de l’AREI », a-t-elle fait observer.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin