Pour la troisième journée consécutive, la paralysie est totale ce mercredi, 16 octobre 2019, le long de la route le Prince, à Conakry. Une paralysie due aux manifestations de rue appelées par le FNDC pour barrer la route au projet de troisième mandat du président Alpha Condé. Ce matin, des femmes qui ont tenté d’aller au marché de Koloma ont été violentées et chassées par les forces de l’ordre massivement déployées dans la zone, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Depuis lundi soir, premier jour des manifestations anti-troisième mandat appelées par le Front National pour la Défense de la Constitution, un important dispositif sécuritaire est déployé tout au long de la route le Prince, fief de l’opposition. Alors que toutes les activités sont à l’arrêt, les agents ont décidé de confiner les habitants de la zone Hamdallaye-Bambeto-Cosa notamment dans leurs maisons. Quiconque met la tête dehors, se heurte aux gendarmes et policiers qui n’hésitent pas un seul instant à violenter, arrêter et même tirer sur les citoyens.

Ce mercredi matin, plusieurs femmes ont tenté de rallier le marché de Koloma : certaines pour vendre des condiments et d’autres pour en acheter. Mais, elles ont été stoppées par les forces de l’ordre qui les ont chassées à coups de matraque. Prises de peur et de panique, les femmes se sont dispersées précipitamment dans les quartiers. Alors que le FNDC a appelé à la poursuite des manifestations jusqu’à ce que le président Alpha Condé renonce à la modification de la Constitution, les autorités semblent bien décidées à ne laisser personne sortir dans la rue.

La route le Prince a été le théâtre de violentes manifestations lundi et mardi, qui se sont soldées par plusieurs morts par balles, de nombreux blessés et des interpellations.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin