Amadou Oury Barry, 3ème cas de décès ce jeudi 14 novembre

Suite à la dispersion de la marche du front national pour la défense de la Constitution (FNDC), trois jeunes guinéens ont été tués et plusieurs autres blessés dans la soirée d’hier, jeudi 14 novembre 2019, a appris Guineematin.com des familles des victimes.

Après Alpha Souleymane Diallo (16 ans et originaire de Téliré, dans la préfecture de Mali) et Abdourahamane Diallo (19 ans, originaire de Mitty, préfecture de Dalaba), on apprend la mort d’un autre jeune, Amadou Oury Barry, 32 ans, originaire de Maréla (préfecture de Faranah).

Trouvé à l’hôpital de l’amitié sino-guinéenne de Kipé, les parents et amis de Barry Amadou Oury ont dit à un reporter de Guineemtin.com que la victime a été blessé par balle par des agents des forces de l’ordre, alors qu’il était enfermé dans une boutique à Koloma. Conduit dans une clinique située à Bomboli, Oumar sera finalement transféré à l’hôpital sino-guinéen où il a rendu l’âme.

Paix à son âme, amine !

Le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), qui organisait hier l’acte quatre de ses manifestations à Conakry, réclame la libération de ses leaders et militants emprisonnés et le renoncement du président Alpha Condé à son projet de nouvelle constitution qui lui donnerait la possibilité de faire un troisième mandat. Mais, peu après leur départ, les marcheurs ont été dispersés par les forces de sécurité qui les accusent d’avoir voulu violer l’itinéraire autorisé par le Gouvernement. Cette dispersion entraînera plusieurs dégâts dont trois morts et plusieurs blessés.

En attendant de revenir sur cette marche dispersée, Guineematin.com vous propose, ci-dessous et en vidéo, les témoignages du jeune frère et de l’ami de feu Amadou Oury Barry :

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin