Attendu hier, dimanche 09 juin 2019, à Siguiri, le président Alpha Condé n’a finalement pas effectué le déplacement. Comme ce fut le cas à Kankan, la veille, le chef de l’Etat s’est fait représenter dans cette autre ville de la Haute Guinée par une délégation ministérielle. A cette occasion, le ministre du Budget, Ismaël Dioubaté, a tenu à préciser que contrairement à ce que les gens pensent, le projet de nouvelle constitution ne vise pas à octroyer un troisième mandat à l’actuel président, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

C’est le mouvement « Faisons ensemble » qui a organisé ce meeting de soutien au projet de nouvelle constitution dans la ville de Siguiri. Le président de la République était attendu à la rencontre, mais c’est finalement une délégation, composée de ministres, qui l’a représenté sur place

Prenant la parole, le préfet de Siguiri, Colonel Moussa Condé, a rappelé le but de cette mobilisation. « Nous sommes là pour demander à notre champion, le professeur Alpha Condé, de doter le pays d’une nouvelle constitution pour que le pays puisse se développer. Nous sommes tous là pour ça », a-t-il souligné.

De son côté, le ministre du Budget qui a parlé au nom de la délégation ministérielle, a indiqué que le projet de nouvelle constitution n’est pas lié à un quelconque projet de troisième mandat pour le président Alpha Condé. Pour Ismaël Dioubaté, ce sont les opposants à la nouvelle constitution qui sont en train de faire cet amalgame.

« Quand tu parles de la nouvelle constitution, ils parlent de troisième mandat, mais qui leur a parlé de troisième mandat ? Nous ne voulons pas d’un troisième mandat, nous sommes des démocrates. Mais, changer la constitution pour faire avancer le pays, nous le voulons. Donc vive la nouvelle constitution », a martelé le ministre.

Il faut dire que toute la polémique suscitée par ce projet de nouvelle constitution est liée aux intentions non clairement exprimées du président Alpha Condé de briguer un troisième mandat en 2020. Si la déclaration du ministre Ismaël Dioubaté se confirmait (ce qui n’est vraisemblablement pas le cas), elle mettrait fin au débat qui fait rage autour de cette question.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin