Alpha Condé, président de la République

Les manifestations contre une nouvelle constitution qui permettrait au président Alpha Condé de continuer à diriger la Guinée se poursuivent dans certains quartiers de Conakry, malgré l’arrestation des leaders du FNDC qui ont appelé les Guinéens à sortir protester. Déjà, selon l’équipe d’assistance médicale du Front national pour la défense de la constitution, ces manifestations ont entraîné la mort de dix personnes dont deux dans la ville de Mamou.
Guineematin.com vous propose, ci-dessous, ce bilan de ces manifestations qui ont commencé le 14 octobre :

Manifestations du FNDC des 14, 15 et 16 octobre 2019
Le bilan provisoire de la répression des manifestations du FNDC s’est aggravé ce mercredi 16 Octobre. A la mi-journée, le nombre de victimes qui était de 7 hier est passé à 10.

Les dix victimes sont les suivantes :

1- Mamadou Lamarana Bah, âgé de 16 ans, élève. Il est originaire de la préfecture de Télimélé et a été tué par balle à Sonfonia ;

2- Thierno Sadou Bah, 18 ans, chauffeur

3- Mamadou Karffa Diallo, 22 ans, élève ;

4-Mamadou Aliou Diallo, 24 ans, maçon ;

5-Amadou Oury Diallo, 25 ans, chauffeur ;

6-Abdoulaye Timbo Sow, 27 ans, marchand ;

7-Thierno Mamadou Kalidou Diallo, 27 ans, médecin stagiaire ;

8-Ousmane Kéita, 22 ans, originaire de Mamou Dounet, taxi-moto ;

9-Boubacar Diallo, 14 ans, élève, originaire de N’Diaré Poredaka, Mamou ;

10-Thierno Aliou Barry, lycéen, 17 ans, Kimbely-Mamou

PS : Tous ces corps, à l’exception de Thierno Aliou Barry, décédé à Mamou et déjà enterré, ont été transportés dans les morgues des centres hospitaliers de Conakry par la Croix Rouge.

70 blessés par balles dont 5 dont le pronostic vital est engagé.

Près de 200 arrestations dont une centaine à Conakry avec plusieurs mineurs, 42 à Mamou, 10 à Guéckédou et plusieurs à Yomou.

On continue d’assister à de nombreuses incursions des forces de l’ordre dans les domiciles des citoyens où des femmes ont été agressées physiquement et verbalement et leurs marmites de riz renversées.

Le plus choquant a été la descente des forces de l’ordre dans la famille des victimes Thierno Sadou Diallo et Mamadou Karffa Diallo à Wanindara où les agents ont cassé chaises et tentes, proféré des injures et tabassé les parents des victimes avant de pulvériser de gaz lacrymogènes les nombreux parents et amis venus présenter leurs condoléances.

Sources : Équipe d’assistance médicale du FNDC.

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin