Affaire 3ème mandat en Guinée : « Alpha Condé est seul contre le monde entier »

L’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a tenu ce samedi, 26 octobre 2019, son assemblée générale hebdomadaire à son siège à la minière. Et, à l’absence de son leader en mission à l’extérieur de la Guinée, c’est le vice-président du parti qui a présidé cette rencontre politique. Dr Fodé Oussou Fofana a profité de l’occasion pour évoquer la dernière manifestation du FNDC et les velléités de l’actuel chef de l’Etat guinéen, Alpha Condé, de s’octroyer un troisième mandat à la tête de la Guinée.

Fortement applaudi à son arrivée à l’assemblée de l’UFDG, Dr Fodé Oussou Fofana, a serré quelques mains avant de prendre place au présidium, aux côté de ses camarades du bureau politique national. Il assiste aux différentes allocutions des communicants du parti, tout en griffonnant quelques mots sur un papier. Une bonne demi-heure après, il prend le micro et s’adresse aux nombreux militants qui y étaient présents. L’orateur principal commence par faire observer une minute de silence à la mémoire de nos « frère assassinés » lors de ces différentes manifestations en Guinée. Puis, d’une voix triste, il déplore les cas de morts enregistrés la semaine dernière, en marge de la manifestation du front national pour la défense de la constitution (FNDC).

« En trois jours, la Guinée a perdu onze personnes. Je pense que pendant longtemps, le monde entier se rappellera qu’au cours d’une manifestation dans notre pays, onze guinéens, à la fleur de l’âge, ont perdu la vie. L’histoire retiendra qu’un citoyen guinéen, malade, qui se trouvait dans les toilettes, quelqu’un l’a regardé et lui a tiré deux balles dans la tête. Cela aussi fait partie du bilan de monsieur Alpha Condé », a dit Dr Fodé Oussou Fofana.

Et, brusquement, avec un air satisfait, le vice-président de la principale formation politique d’opposition en Guinée a félicité les militants de l’UFDG pour la mobilisation dont ils ont fait preuve, cette semaine, lors de la dernière marche pacifique du FNDC à Conakry et à l’intérieur du pays.

« Je voudrais vous féliciter, parce que vous avez prouvé au monde entier que c’est terminé pour le projet de troisième mandat. Ça n’a pas été facile. Parce qu’ils ont calculé, ils se sont dit qu’est-ce qu’il faut faire pour les empêcher d’avoir une forte mobilisation… Parce que si monsieur Alpha Condé voit des milliers de personnes dans la rue, ils auront échoué. Car, ils avaient dit à monsieur Alpha Condé que le FNDC ne représente plus rien… Ils ont imaginé que le FNDC ne pouvait mobiliser que sur l’axe Hamdallaye-Bambéto-Cosa… Alors, le résultat est là. De la Tannerie au stade du 28 septembre, en passant par l’aéroport, Dabomdi et Hamdallaye, nous avons parcouru 11 kilomètres. Personne ne peut vous dire avec exactitude combien de guinéens étaient dans la rue. Nous avons entendu le gouvernement dire qu’il y avait 30 mille personnes… Mais, ce que nous savons, c’est que le peuple de Guinée a envoyé un message à monsieur Alpha Condé, pour qu’il comprenne que le peuple ne veut pas de son projet. Ce message est passé ; et, le monde entier l’a vu », a indiqué Dr Fodé Oussou Fofana.

Tout en soulignant le caractère pacifique et citoyen de cette dernière manifestation du FNDC, le vice-président de l’UFDG s’est interrogé sur les auteurs des tueries de guinéens enregistrées ces dernières années dans le pays.

« Nous avons toujours dit que si on nous laisse manifester, nos militants sont disciplinés, ils ne sont pas violents. On est capable de manifester sans violence. Et, nous l’avons fait pour donner une réponse au gouvernement de monsieur Alpha Condé. Ce gouvernement qui a dit qu’il préfère l’ordre à la loi… On tue des citoyens guinéens par balle… Dans un pays normal, on ne peut pas tuer banalement un citoyen. Même quand un citoyen n’a pas raison, même si vous le prenez avec des cailloux, quand on est force de l’ordre, notre rôle est de le maitriser et non de le tuer. Nous ne sommes pas des animaux, nous ne sommes pas dans la jungle. Pourquoi monsieur Alpha Condé tue les citoyens guinéens ? Avec la manifestation pacifique nous venons de faire, qui peut nous donner la preuve que ce ne sont pas les forces de l’ordre qui sont en train de tuer. Pourquoi, cette fois il n’y a pas eu de mort ? C’est parce que les consignes n’ont pas été données. Si ce ne sont pas les forces de l’ordre qui tuent, ils n’ont qu’à nous dire qui a tué les onze victimes de la semaine dernière et les 104 autres qui reposent au cimetière de Bambéto. C’est de la responsabilité du gouvernement. Vous ne pouvez pas dire que ce n’est pas vous, sans nous dire qui a tué », a expliqué Dr Fodé Oussou Fofana en ôtant sa casquette.

Parlant des velléités du président Alpha Condé de s’octroyer un troisième mandat, le vice-président de l’UFDG a laissé entendre que l’actuel chef de l’Etat guinéen est prêt à marcher sur les cadavres de 12 millions de Guinéens pour un mandat de plus.

« Le monde entier a l’œil sur la Guinée. Personne n’est d’accord avec cette affaire de troisième mandat. Vous avez suivi les déclarations de la communauté internationale… Ils ont interpelé le président Alpha Condé en lui disant d’abandonner son projet. Mais, monsieur Alpha Condé a dit que tout ça ce n’est pas mon problème. Parce que dans les autres pays où il y a eu de nouvelles constitutions, il y a eu des morts. Mais, malgré ces morts, il y a eu constitution. Ça veut dire que monsieur Alpha Condé, pour son projet de troisième mandat, pour son référendum, même si je dois marcher sur les cadavres de 12 millions de guinéens, je ne renoncerais pas… Seulement, je voudrais vous rassurer que le combat contre le troisième mandat n’est plus entre Alpha Condé et nous les guinéens. C’est maintenant un combat entre Alpha Condé et l’Afrique, Alpha Condé contre ses amis, Alpha Condé seul contre le monde entier… Nous sommes gouvernés par la loi fondamentale. Et, ce n’est pas parce qu’on est président de la République qu’on doit faire ce qu’on veut. Ce n’est pas parce que monsieur Alpha Condé est le président de la Guinée qu’il peut se lever et dire ‘’moi, je ne veux pas de cette constitution, il faut la changer, je veux d’une nouvelle constitution’’ », a dit Dr Fodé Oussou Fofana.

Mamadou Baïlo Keïta et Salimatou Diallo pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS